Molières 2023 : malgré un contexte économique difficile, "nous voyons une reprise de la fréquentation", affirme une directrice de théâtre

La 34ème cérémonie des Molières va se tenir lundi 24 avril au moment où le retour du public dans les théâtres n'effacent pas les difficultés économiques persistantes du secteur.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Photo de la préparation de la 18ème nuit des Molières (Photo d'illustration) (PHILIPPE LAVIEILLE / MAXPPP)

"Sur cette saison et la saison dernière, nous voyons une reprise de la fréquentation", se réjouit Caroline Verdu, présidente du Syndicat National du Théâtre Privé (SNDTP), secrétaire générale de l’ASTP (Association pour le Soutien du Théâtre Privé), et directrice des théâtres de la Pépinière et du Daunou (Paris 2ème). La Nuit des Molières, qui récompense le meilleur du théâtre français, aura lieu lundi 24 avril  dans un contexte économique difficile pour les nouvelles créations.

>> Cette 34e édition de la grande cérémonie du théâtre français se tiendra sous la houlette d'Alexis Michalik au Théâtre de Paris, et en direct sur France 3.

"Le public recherche des valeurs sûres. Soit des spectacles qui ont déjà fait leur preuve, soit des spectacles avec des artistes extrêmement reconnus", constate Caroline Verdu. "Pour les nouvelles créations, c'est plus difficile", ajoute-t-elle. Concernant l'inflation, qui touche tous les secteurs d'activité, la directrice des théâtres de la Pépinière et du Daunou reconnaît des difficultés: "On est très fortement touché par le prix du bois, le prix des projecteurs qui flambent. Ça fait partie de notre réalité aujourd'hui".

La soirée, qui se déroulera au Théâtre de Paris et sera animée par le metteur en scène à succès Alexis Michalik, pourrait prendre une "forme revendicative", contre la réforme des retraites, avec la CGT Spectacle appelant à réserver un "comité d'accueil" à la ministre Rima Abdul Malak, prenant la forme d'un concert de casseroles. "Nous verrons", conclut Caroline Verdu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.