L’improvisation théâtrale : de la scène à l'entreprise, tout le monde s’y met

Des planches de théâtre au monde du travail, l'improvisation envahit toutes les sphères. Des techniques très précises plébiscitées par le public, et les salariés. 

New, la comédie musicale improvisée
New, la comédie musicale improvisée (Photo Christine Coquilleau)

Une trentaine de spectacles se jouent tout l’hiver autour de l’improvisation, rien qu’à Paris. De la pièce de théâtre à la comédie musicale, en passant par des spectacles interactifs pour les enfants, l’impro est sortie des traditionnels "matchs" venus du Québec pour envahir les scènes… et la vie quotidienne. Les ateliers pour les particuliers cartonnent, et en entreprise, des professionnels du spectacle enseignent aux salariés des techniques d’improvisation. Une manière de "sortir de sa coquille", et d’exercer son agilité mentale pour mieux savoir rebondir devant l’imprévu…  

Une tradition venue... du hockey sur glace

A la fin des années 1970, devant le peu de succès rencontré par les théâtres québécois, et en observant les patinoires de hockey remplies à ras bord tous les week-ends, un metteur en scène a cette idée un peu farfelue d'importer sur scène les règles et les arbitres venus du hockey, en lançant des matchs d'improvisation à Montréal. Deux équipes d'acteurs, un arbitre, une compétition : bingo, les ligues d'improvisation sont nées, remplissent les salles, et vont essaimer partout dans le monde. 

Match de la Ligue Nationale d\'Improvisation (Montréal, Québec)
Match de la Ligue Nationale d'Improvisation (Montréal, Québec) (RENAULT PHILIPPE / HEMIS.FR)

"L'improvisation, c'est une philosophie et des techniques", explique Florian Bartsch, acteur et metteur en scène : "face à l'imprévu, on utilise nos erreurs, on travaille avec, et ça crée des situations hyper innovantes." Florian Bartsch dirige avec Antoine Lefort le spectacle "New la comédie musicale improvisée", qui remplit chaque mardi soir une salle parisienne. "On est beaucoup plus à l'aise avec l'imprévu quand on pratique l'improvisation", renchérit Antoine, "et la vie c'est plutôt de l'imprévu, donc on est préparé au fait que tout peut changer à n'importe quel moment"

Fous rires improvisés

Ce soir-là au théâtre du Grand Point-Virgule à Montparnasse, quatre acteurs vont monter sur scène pour jouer une comédie musicale. Ils prennent connaissance cinq minutes avant du thème proposé par le public et tiré au sort : "des portes-jarretelles au petit-déj, dans une école Montessori". Un titre tiré par les cheveux, sur lequel les comédiens et les musiciens vont broder pendant une heure trente. Le public est chaleureux et rapidement les rires fusent, tant l'improvisation donne des scènes cocasses toutes droit sorties de l'imagination des acteurs. 

A la sortie, c'est l'enthousiasme. Certains sont déjà venus assister au spectacle cinq fois, et promettent de revenir, accompagnés de leurs copains, enfants ou parents. "Ce n'est jamais la même chose, et ils sont vraiment très bons, on se demande comment ils font ça", lance un jeune homme. 

France 2

Des techniques qui s'enseignent

Un peu plus tôt, sur la même scène, Antoine Lefort accueillait une dizaine d'amateurs pour une initiation à l'improvisation de comédie musicale. Parmi eux, Camille Margelin, qui a découvert le spectacle, et voulu aller plus loin. 
Antoine montre les signes des mains à utiliser pour communiquer en impro et lui explique : "Dans les refrains, tu dis : 'je suis malade, je t'aime, ne me quitte pas', en boucle. Et dans les couplets, tu expliques pourquoi."

Camille se lance dans un hilarant "Viens me sauver Superman !", repris en boucle par les autres participants. "Au début, je me suis demandé comment on allait faire, et c'est 'step by step' avec Antoine, on apprend vraiment au fur et à mesure, c'est facile", conclut la jeune femme. 

L'improvisation développe la créativité des salariés

Florian Bartch anime aussi des ateliers en entreprise. Dans un cabinet qui conseille en innovation des grands groupes du CAC 40, il intervient auprès d'une petite dizaine de salariés. Le président du groupe Bengs, Sébastien Durand, a pratiqué le théâtre pendant une dizaine d'années, et croit aux vertus des techniques d'improvisation pour améliorer les performances de ses salariés : "Par exemple, quand vous vous retrouvez face à une tablée de grands patrons que vous devez convaincre. Vous déroulez des chiffres pour leur démontrer que vous avez raison, votre présentation est très bien huilée, mais... tout le monde s'ennuie profondément. Le fait d'avoir appris ces techniques permet de ne pas avoir peur de l'imprévu, d'inclure nos chiffres dans une histoire qui va être intéressante, cela introduit de l'émotion, de l'humanité. Et si on se trompe, tant pis, l'improvisation nous a appris à retomber sur nos pattes."

Les salariés participants se prennent très vite au jeu, et de francs éclats de rire ponctuent leurs trouvailles et leurs erreurs. "On se sent vraiment en éveil, ça donne de l'énergie", approuve Tilly Bianculli, salariée de l'entreprise. "L'improvisation booste la créativité, force à écouter l'autre pour rebondir sur ce qu'il dit, donc à être plus attentif, à mieux communiquer, et à être agile mentalement", explique Florian Bartch. Une gymnastique intellectuelle qui permet de se dégeler pour voir les choses autrement, et que plébiscitent ceux qui la pratiquent. 

"New, la comédie musicale improvisée", est jouée au théâtre du Grand Point-Virgule à Paris, tous les mardis à 20 heures.