"Le Journal intime d’Adam et Eve" : l’unique pièce de Mark Twain jouée à Paris, sur un air féministe

Athée, mais ayant effectué un voyage en Terre sainte, l’auteur de "Tom Sawyer" a écrit un pamphlet sur les rapports hommes-femmes inspiré de la Bible, au tournant des XIXe et XXe siècles : truculent.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Carola Urioste et Julien Grisol dans "Le Journal intime d’Adam et Eve" de Mark Twain au Théo Théâtre, à Paris. (MARIO AGUIRRE)

Fondateur de la littérature américaine moderne, humoriste, Mark Twain, qui a introduit le langage parlé dans ses romans, n’a pourtant écrit qu’une seule pièce de théâtre. Le Journal intime d’Adam et Eve se joue au Théo Théâtre, à Paris, jusqu’au 28 avril. Plus pratique que théologique, le texte adapté par Julien Grisol en traduit tout le sel à l’heure d’un féminisme résurgent.

Racisme genré

Adam, en costume trois pièces, Eve en robe d’intérieur, sur fond de guirlandes d’étoiles bleutées, échangent au milieu du vide, et évoquent l’Eden de leur naissance, la pomme et leur quotidien. Comment vivre ensemble, s’acoquiner, s’aimer, créer un monde, alors que l’on n’a rien demandé ?

L’humanité est au centre de l’œuvre de Mark Twain et il n’est pas étonnant qu’il ait écrit un texte dénonciateur des rapports hommes-femmes, voire féministe, en 1893 (remanié en 1914), au tournant des XIXe et XXe siècles. Il y évoque une autre forme de "racisme" que sa contemporaine Harriet Beecher Stowe dans La Case de l’oncle Tom (1852). Il y pointe le patriarcat, que d'aucuns qualifient de "racisme genré", en vigueur dans la société américaine, et sa déduction directement interprétée des textes sacrés. Le président des Etats-Unis ne jure-t-il pas sur la Bible à la prise de ses fonctions, et ne le cautionne-t-il pas de la sorte ? Qu’en résulte-t-il au quotidien chez les Américains ? En revenant à Adam et Eve, Twain parle de ses contemporains, et plus d’un siècle après, de nous.

Passé-présent

Mark Twain rit de la joute verbale entre Adam et Eve sur leur naissance et leur destin. Pas rassurant d’avoir engendré l’assassin de son propre frère (Caïn et Abel), ça commence bien : une belle guerre d’egos. "Et puis, c’est bien beau la chasse, au début j’y participais, et maintenant je suis aux fourneaux. Oui, mais le boulot ça compte, on doit se retrouver balle au centre…", se plaint Eve. Une revendication qui mettra du temps a entrer dans les moeurs.  Ah ! la vie en commun ! La place de la femme dans nos sociétés modernes a-t-elle évolué depuis Adam et Eve, depuis Mark Twain ?

Carola Urioste et Julien Grisol, sur l’étonnant texte de Twain, forment un beau couple qui virevolte sur les planches, et l’accent bolivien de la comédienne rajoute une note d’universalité au sujet. Jusqu’à une petite note finale un peu machiste, écrite à l’heure des premières suffragettes, mais qui n’entache pas une pièce que l’on n’attendait pas de son auteur. Au-delà de la curiosité, Le Journal intime d’Adam et Eve n'a pas beaucoup perdu de son actualité. A découvrir.

L'affiche du "Journal intime d’Adam et Eve" de Mark Twain, joué au Théo Théâtre à Paris du 3 mars au 28 avril 2022. (THEO THEATRE)

Le Journal intime d’Adam et Eve
De Mark Twain
Adaptateur : Julien Grisol
Mise en scène Mario Aguirre
Avec Carola Urioste et Julien Grisol
Du 3 mars au 28 avril
Les Jeudis à 19h30 (Durée 1h)
Théo Théâtre
20 Rue Théodore Deck, 75015 Paris
Téléphone : 01 45 54 00 16

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Théâtre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.