Cet article date de plus de deux ans.

Patrimoine : à la découverte du dernier fabricant de balai en paille de sorgho, à Grisolles

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Patrimoine : à la découverte du dernier fabricant de balai en paille de sorgho, à Grisolles
Patrimoine : à la découverte du dernier fabricant de balai en paille de sorgho, à Grisolles Patrimoine : à la découverte du dernier fabricant de balai en paille de sorgho, à Grisolles (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - M. Larguet, L. Bignalet, C. Pary, P. Ngankam, J. Sarfati
France Télévisions
France 3

La rubrique "Fabrique sur" du 12/13 s’intéresse, vendredi 16 juillet, à Grisolles, petite bourgade du Tarn-et-Garonne, capitale du balai en paille de sorgho. Jean-Marc Coulom est le dernier fabricant.

Depuis plus de 150 ans, Grisolles est la capitale du balai en paille de sorgho. Dans cette petite ville du Tarn-et-Garonne, c’est une institution et une fierté pour les habitants. "C’est les meilleurs balais de la région, même de France. La paille est très dure, ça racle bien le trottoir", se réjouit Aline Gasquet, commerçante. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un seul fabricant : Jean-Marc Coulom. Ce dernier exerce depuis 35 ans et fabrique de 3 000 à 4 000 balais par an.

La paille de sorgho se raréfie

"C’est toujours difficile d’être le premier ou le dernier. Le premier on ne sait pas ce qu’on va faire et le dernier on sait que si ça s’arrête, le métier ne repartira pas", relate le héros local. Tout a débuté en 1856, quand le régisseur de la poste à cheval a perdu son emploi avec l’arrivée du train. Il a dû se reconvertir. Dès lors, la ville se développe et après la Première Guerre mondiale, il y avait 22 ateliers. L’arrivée des aspirateurs et la hausse du coût de la main d’œuvre ont mis un coup au secteur, d’autant que le sorgho se raréfie. Jean-Marc Coulom souhaite relancer sa culture pour perpétuer ce riche patrimoine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.