Le musée d'Aubusson dévoile une nouvelle tapisserie inspirée du "Seigneur des Anneaux" de Tolkien

La Cité internationale de la tapisserie a signé une convention avec le Tolkien Estate pour la réalisation en quatre ans à Aubusson d’une série exclusive de quatorze tapisseries et deux tapis, tissés à partir de l’œuvre graphique originale de J. R. R. Tolkien. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
La Cité Internationale de la tapisserie d'Aubusson présente "La porte de la Moria" extraite du Seigneur des Anneaux de J.R.R Tollkien (France 3 Limousin)

C'est un événement qui ravira les fans du Seigneur des Anneaux. À Aubusson, la Cité internationale de la tapisserie a dévoilé il y a quelques semaines une nouvelle œuvre de la tenture consacrée à l'univers de Tolkien (1892-1973).

Un honneur de tisser les dessins de Tolkien

Réalisée dans le cadre du projet "Aubusson tisse Tolkien", cette tapisserie est la douzième "tombée de métier" comme on dit chez les lissiers, à être présentée au public. Elle est la première à être directement tirée du livre Le Seigneur des anneaux. La tapisserie représente l'entrée vers la Moria, cette cité souterraine sortie tout droit de l'imaginaire de Tolkien. Pour les lissières, c'était un honneur de tisser cette œuvre. "On espère toujours faire le mieux possible, que ça va plaire à la famille Tolkien et aux fans du Seigneur des Anneaux, c'est une grande chance", confie la lissière Alexia Virig

Un travail de patience entièrement réalisé à la main et qui a exigé mille heures de travail. Pour cette toile de 8 m², les artisanes ont utilisé une méthode de tissage héritée du Moyen Age afin de rester fidèle aux aquarelles de l'écrivain. "Il a fallu que l'on trouve les techniques pour préparer les couleurs et pour donner ces effets de volume et de profondeur avec des rayures" rapporte la lissière Françoise Vernaudon. 

Cette nouvelle pièce, confectionnée d'après les œuvres graphiques originales de J.R.R. Tolkien, a été dévoilée le 21 octobre 2021 en présence de Baillie Tolkien, la belle-fille de l'écrivain. "Je pense que c'est une réalisation tout à fait réussie, c'est un tableau compliqué qui a beaucoup d'histoires à raconter et il y a des éléments merveilleusement exécutés", confiait-elle en découvrant la tapisserie. 

Dépoussiérer l'art de la tapisserie

L'univers de Tolkien qui foisonne de créatures mythologiques permet, indirectement, de "dépoussiérer" l'art ancestral de la tapisserie. Commencé il y a presque quatre ans à la Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson, la famille Tolkien a soutenu dès le départ ce projet inspiré par la volonté du site d'avoir une tenture qui puisse toucher le grand public. "C'est une occasion d'amener des publics qui ne seraient pas allés spontanément vers la tapisserie, l'un des objectifs c'était de rajeunir l'image de la tapisserie, de la dépoussiérer et de montrer que c'est un médium extraordinairement plastique qui se prête à l'adaptation de nombreux univers", explique Alice Bernadac, conservatrice de la Cité internationale de la tapisserie d'Aubusson.  

Les 14 illustrations du projet "Tisser Tolkien" de Cité Internationale de la tapisserie d'Aubusson (Cité Internationale de la tapisserie d'Aubusson)

D'ici 2023, l'opération Aubusson tisse Tolkien va finaliser l'ensemble de la tenture et ajouter une dernière tapisserie murale et un tapis. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.