Pollution au plomb après l'incendie de Notre-Dame : "La vigilance nécessite que tous les enfants aient un dosage de plombémie"

La responsable de la mission sur le saturnisme menée par Médecins du monde a réagi sur franceinfo à la pollution au plomb suite à l'incendie de Notre-Dame de Paris. 

Notre-Dame de Paris, le 29 juillet 2019. 
Notre-Dame de Paris, le 29 juillet 2019.  (RÉMI BRANCATO / FRANCE-INTER)

"La vigilance nécessite que tous les enfants jusqu'à 18 ans aient un dosage de plombémie", a estimé sur franceinfo mardi 6 août Mady Denantes, médecin généraliste. Elle a été responsable de la mission sur le saturnisme menée par Médecins du monde, après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril dernier. Lundi, la Ville de Paris a publié un nouveau point de situation de la pollution des crèches et des écoles situées près de l'édifice. Quelques écoles présentent des taux hors normes et feront l'objet d'un traitement d'ici la rentrée. Par ailleurs, 145 employés de la Ville ont fait l'objet de prélèvements sanguins et ils sont normaux.

franceinfo : Les riverains et les ouvriers du chantier de la cathédrale Notre-Dame de Paris ont-ils raison d'être inquiets ?

Mady Denantes : Oui, le plomb est un poison, un toxique puissant qui, lorsqu'il est absorbé, se stocke dans l'os où il va rester pendant très longtemps. Le plomb au sol est dangereux puisqu'il va être inhalé et éventuellement porté à la bouche. Les ouvriers et tous ceux qui sont intervenus au moment de l'incendie ont sans doute inhalé beaucoup de plomb et ils doivent donc être sous haute surveillance. C'est indispensable. En tout premier lieu, il faut doser le plomb dans le sang. Pour les riverains, on doit savoir où il y a du plomb grâce à une information claire. La Ville de Paris communique sur ce sujet. Il doit aussi y avoir une surveillance des enfants et des femmes susceptibles un jour d'être enceintes, via un taux de plombémie parce que c'est une intoxication qui, chez les petites filles ou les jeunes femmes, va concerner une future génération. Quand elles seront enceintes, elles relargueront le plomb dans le sang. Une génération qui n'existe pas encore sera intoxiquée donc par ce plomb. Il faut être très vigilant.

Faut-il contrôler tous les enfants qui sont amenés à fréquenter les écoles autour du site ?

Oui, la vigilance nécessite que tous les enfants jusqu'à 18 ans aient un dosage de plombémie. La Ville de Paris a diffusé un point sur les crèches et les écoles : il est très important et montre qu'il y a du plomb mais je ne comprends pas pourquoi ce point n'a pas été fait sur tous les établissements scolaires, collèges et lycées compris. Le plomb est mauvais pour tous, y compris les adultes, mais tout particulièrement pour les enfants qui ont un cerveau en plein développement et donc particulièrement sensible à cette intoxication.

La mairie de Paris explique que le confinement n'est pas la solution, qu'il faut plutôt dépolluer le site et les alentours. Êtes-vous d'accord ?

Oui les établissements et les logements doivent être dépollués. On doit enlever cette poussière de plomb. C'est un métal lourd qui a une durée de vie infinie donc il est très important que cela soit fait selon des techniques que les gens des travaux publics connaissent bien. Il faut que le plomb soit enlevé et qu'il n'y ait surtout pas de balayage, qui génère de la poussière de plomb. Les lingettes qu'on utilise pour cela doivent être éliminées ensuite pour que le plomb ne change pas de lieu. C'est long, on a l'été pour que les établissements soient protégés et que les enfants qui rentreront en septembre soient protégés. On a tout le mois d'août et toute l'énergie doit donc être mise pour protéger les enfants qui vont retourner à l'école.