Notre-Dame de Paris : François Pinault concrétise sa promesse de 100 millions d'euros pour la restauration de la cathédrale

La somme que débloque la famille Pinault restera destinée à la Fondation Notre-Dame, même au cas où la restauration de la cathédrale s'avérerait moins coûteuse que prévu.

François-Henri Pinault, Michel Aupetit et François Pinault, le 1er octobre 2019 à Paris.
François-Henri Pinault, Michel Aupetit et François Pinault, le 1er octobre 2019 à Paris. (MARTIN BUREAU / AFP)

"Désolé, monseigneur, j'ai oublié mon carnet de chèque." Le mécène breton François Pinault a plaisanté, avant de signer, mardi 1er octobre, avec son fils François-Henri, les documents, avec l'archevêque de Paris, Michel Aupetit, d'une convention concrétisant leur promesse de dons de 100  millions d'euros pour la restauration de Notre-Dame de Paris.

"Le 15 avril, à onze heures du soir, a-t-il raconté, on regardait les images de la cathédrale en feu, on s'est concertés et on a décidé de ce don." Il a souligné qu'il avait décidé de sortir de la discrétion qui sied à ce type de geste pour "en entraîner d'autres".

"Attendre le printemps"

La somme de 100 millions que débloque la famille Pinault, qui possède notamment le groupe Kering, restera destinée à la Fondation Notre-Dame, même au cas où la restauration de la cathédrale s'avérerait moins coûteuse que prévu, a indiqué François Pinault. Au fur et à mesure des demandes de la Fondation, des sommes seront versées.

Le 20 juin, une première tranche de 10 millions d'euros avait déjà été débloquée à la demande de la Fondation, pour les travaux de sécurisation. A ce jour, la Fondation Notre-Dame a obtenu, entre le 17 avril et le 30 septembre, 380 millions d'euros (dons déjà reçus et promesses qui seront "concrétisées").

Interrogé sur les montants nécessaires à la restauration, Mgr Aupetit, qui préside la Fondation Notre-Dame, rappelle qu'il "faudra attendre le printemps pour savoir combien de temps ça va durer, et ce que ça va coûter". Plus de 850 millions d'euros ont été promis par des grandes fortunes, des entreprises et des particuliers.