Appel à la générosité des députés pour financer un projet de restauration de la salle du Jeu de Paume à Versailles

La restauration concerne la toiture et les charpentes, les décors peints et la célèbre toile de Merson d'après un dessin de David, pour un budget estimé à 1,83  million d'euros.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Salle du Jeu de Paume, Versailles, photographiée le 12 janvier 2012 (RIEGER BERTRAND / HEMIS.FR)

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand a annoncé mardi son intention de lancer un appel aux dons des députés en vue de la restauration de la salle du Jeu de Paume à Versailles, un "lieu fondateur", a-t-on appris de source parlementaire.

Le 20 janvier 1789 durant la Révolution, les députés du tiers état, associés à quelques députés du clergé et de la noblesse, avaient juré dans cette salle de ne "jamais (se) séparer (...) jusqu'à ce que la Constitution du royaume fût établie et affermie par des fondements solides".

Toiture et charpentes ont besoin de travaux, et les décors peints ainsi que la célèbre toile de Merson d'après le dessin de David ont besoin d'être restaurés, soit un budget total d'1,83 million d'euros.

Appel aux dons de l'ensemble des députés

"Le soutien à la restauration et à la mise en valeur pour le public de la salle du Jeu de Paume pourrait constituer une démarche collective de l'Assemblée nationale", selon Richard Ferrand (LREM), qui entend solliciter pour des dons l'ensemble des députés actuels et passés, et les ministres ayant fréquenté l'hémicycle.

Le titulaire du perchoir, qui a fait part de son projet lors de la conférence des présidents de l'Assemblée, souhaite que la salle retrouve son état lors de sa transformation en musée de la Révolution française au début de la IIIème République, en 1883.

La salle du Jeu de Paume, située près du Château de Versailles, est gérée par l'Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.