Deux sculptures du XVIIIe siècle perdues depuis des années rendues au château de Versailles

Publié Mis à jour
Deux sculptures du XVIIIe siècle perdues depuis des années rendues au château de Versailles
France 2
Article rédigé par
L. Hakim, R. Asencio, O. Gardette, T. Gilardet, J. Dumarche, N. Alozian, I. Cavaletto - France 2
France Télévisions

C’est l’histoire rocambolesque de deux statues du XVIIIe siècle qui auraient été commandées respectivement par Louis XIV et Louis XV. Elles avaient disparu de la circulation et ont refait surface grâce à l’enquête menée par le conservateur des sculptures du Château de Versailles.

Lionel Arsac, conservateur, vient sûrement de mener sa plus belle enquête. Son trophée : Zéphyr et Flore, près d’une tonne et demie de marbre. Un joyau vieux de 300 ans dont la trace était perdue depuis des années. Elle figurait pourtant sur des catalogues, des programmes de vente aux enchères et sur des photos de propriétés privées. Elle était disparue jusqu’à ce que Lionel Arsac la redécouvre dans le jardin d’une ambassade. À ses côtés, il reconnaît une autre statue dont on a également perdu la trace : l’Abondance.  

Achetées, volées puis restituées  

Ces deux statues avaient été commandées respectivement par Louis XIV et XV il y a 300 ans. La première a été achevée après la mort du roi, elle a donc été stockée dans les réserves du Louvre. Quant à la deuxième, elle a été offerte avec la première par Louis XV au château de Ménars (Loir-et-Cher). Après la Révolution, la famille Rothschild acquiert les deux sculptures lors d’une vente aux enchères pour son hôtel particulier près de la Concorde. Elles sont ensuite volées par les nazis et restituées après la Guerre. De là, on perd leurs traces. Elles étaient en fait dans l’ancien hôtel particulier des Rothschild près de l’Arc de triomphe, devenu l’ambassade d’Angola. Cette dernière les a offertes à la France. Ces deux chefs d’œuvre vont retrouver leur place dans les jardins du Trianon à Versailles

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.