Bicentenaire de la mort de Napoléon : "Ce qui caractérise le régime napoléonien, c’est une suppression des libertés", affirme un historien 

"Napoléon, c'est aussi le rétablissement des peines corporelles et le marquage au fer rouge pour les Français", a rappelé l'historien Frédéric Régent.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron se tient devant la tombe de l'empereur Napoléon à l'occasion du bicentenaire de sa mort aux Invalides à Paris, le 5 mai 2021. (SARAH MEYSSONNIER / AFP)

"Ce qui caractérise le régime napoléonien, c'est une suppression des libertés", a affirmé mercredi 5 mai sur franceinfo l'historien Frédéric Régent, spécialiste de l'esclavage, maître de conférences à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne et ancien président du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage de 2016 à 2019, à l'occasion de la commémoration par Emmanuel Macron du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte.

>> "Napoléon Bonaparte est une part de nous", déclare Emmanuel Macron lors de la commémoration du bicentenaire de la mort de l'empereur. Suivez notre direct

"Alors que la France était en avance en ayant aboli l'esclavage le 4 février 1794, elle se retrouve le seul pays à rétablir l'esclavage avec Napoléon Bonaparte", a rappelé l'historien. Emmanuel Macron a par ailleurs qualifié ce rétablissement de l'esclavage par Napoléon de "faute".

"Il faudrait également citer la question de la liberté de la presse", a poursuivi l'historien. "Lorsque Napoléon Bonaparte arrive au pouvoir, lorsqu'il prend le pouvoir par la force, il y a 70 journaux à Paris. Deux mois plus tard, il n'y en a plus que 19 et à la fin de son régime, il n'y en a plus que quatre. Et ces quatre journaux sont là pour retranscrire sa parole et véhiculer sa propagande."

"Napoléon, c'est l'homme du pire et du meilleur."

Frédéric Régent, historien

à franceinfo

"Beaucoup de Français ont été bercés dans leur enfance par ce récit célébrateur de Napoléon, a ajouté Frédéric Régent. Mais Napoléon, c'est aussi le rétablissement des peines corporelles et le marquage au fer rouge pour les Français. Je crois qu'il faudrait un peu plus parler de la vie des Français à l'époque Napoléon."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.