Quand les Gaulois de Lugdunum écrivaient grec et latin

 A Lyon, une archéologue et son équipe inspectent des miliers de tessons conservés par le musée Lugdunum pour y trouver des inscriptions gallo-romaines en grec ou en latin.

Un détail d\'écriture sur un fragment gallo-romain
Un détail d'écriture sur un fragment gallo-romain (V. Benais)

Ces fragments de vaisselle datent de l'époque gallo-romaine et dorment dans les collections du musée Lugdunum à Lyon. Depuis 1911, soit depuis plus d'un siècle, ils ont été ramassés sur la colline de Fourvière. Sur certaines d'entre elles figuent des inscriptions manuscrites. Une équipe formée autour d'une archéologue s'est donnée pour mission d'identifier et de déchiffrer ces lettres, ces mots formant parfois des phrases. D'abord en grec, les ancêtres des Lyonnais ont ensuite écrit en latin.

On ne sait pas dans chaque ville comment le latin est reçu, si les gens savaient écrire, qui écrivait. On a les textes des stèles funéraires qui sont très bien étudiées, mais tous ces textes de "Monsieur et Madame Tout-le-monde", on ne les connait pas.Docteur Morgane Andrieu Chercheuse en archéologie

Le projet Latinow est mené à Lyon en liaison avec l'université de Nottingham. Un travail de fourmi quand on sait que des centaines de milliers de fragments sont conservés au musée et que de nombreux autres restent à mettre au jour dans les entrailles de la colline lyonnaise.