Nouvelle démission au gouvernement Bolsonaro : investie début mars, l'actrice Regina Duarte quitte le secrétariat à la Culture

Regina Duarte, l'actrice de telenovelas qu'on surnomme la "petite amie du Brésil" et secrétaire à la Culture de Jair Bolsonaro, démissionne

L\'actrice brésilienne Regina Duarte, lors de sa cérémonie d\'investiture à la tête du secrétariat à la Culture, le 4 mars 2020 à Brasilia
L'actrice brésilienne Regina Duarte, lors de sa cérémonie d'investiture à la tête du secrétariat à la Culture, le 4 mars 2020 à Brasilia (JOEDSON ALVES/EFE/SIPA / EFE)

La célèbre actrice de telenovelas brésilienne Regina Duarte a annoncé mercredi qu'elle quittait le secrétariat à la Culture du gouvernement Bolsonaro deux mois après sa prise de fonctions, à la suite de tensions avec le chef de l'Etat.

Regina Duarte est le quatrième membre du gouvernement à quitter le navire en un peu plus d'un mois, après le ministre de la Justice Sergio Moro et surtout deux ministres de la Santé, en pleine pandémie de coronavirus.

L'actrice de 72 ans, qui avait mis fin à un contrat de longue durée avec la chaîne TV Globo pour entrer au gouvernement, a été nommée à la tête de la cinémathèque de Sao Paulo.

Elle aurait refusé de faire la croisade contre les idées de gauche

Sur une vidéo publiée sur les réseaux sociaux, on peut voir le Jair Bolsonaro et Regina Duarte discuter en souriant, mais les médias locaux rapportent de nombreuses tensions entre le président et sa secrétaire à la Culture. L'actrice aurait notamment refusé d'entreprendre la croisade culturelle contre les idées de gauche voulue par le chef de l'Etat.

Lors de sa prise de fonctions, en mars, Regina Duarte avait évincé d'un poste clé Dante Mantovani, un chef d'orchestre qui avait déclaré que le rock "pousse au satanisme". Celui-ci a été reconduit à son poste le 5 mai, sans l'aval de l'actrice, avant d'être poussé à nouveau vers la sortie.

Regina Duarte avait remplacé Roberto Alvim, limogé en janvier après avoir paraphrasé un discours de Goebbels, et avait été nommée pour réconcilier le gouvernement avec les "milieux artistiques", mais des artistes lui ont reproché son manque de dialogue.

Elle se disait "corps et âme" avec Bolsonaro


Une des plus importantes actrices de telenovelas du Brésil, avec de nombreux premiers rôles marquants, la plupart pour TV Globo, la plus grande télévision privée du pays, elle n'avait jamais caché son orientation à droite de l'échiquier politique, à l'opposé de la grande majorité de la classe artistique du Brésil. En 2002, pendant la campagne présidentielle, l'actrice avait défrayé la chronique en affirmant qu'elle avait "peur" de voir arriver au pouvoir le candidat de gauche Luiz Inacio Lula da Silva, finalement élu (2003-2010).

Lors de la dernière campagne, en 2018, celle qu'on surnomme la "petite amie du Brésil" avait participé à des meetings pro-Bolsonaro et avait affirmé être "corps et âme" avec le candidat d'extrême droite.

L'acteur Mario Frias, est pressenti pour la remplacer. La Culture, qui bénéficiait auparavant d'un ministère, a été reléguée au rang de simple secrétariat par Jair Bolsonaro, au même titre que les Sports.