Cet article date de plus de deux ans.

Cinquante ans après la disparition de Jim Morrison, balade parisienne sur les traces du "Roi lézard"

Chanteur et leader charismatique des Doors, l'Américain Jim Morrison est mort à Paris il y a 50 ans. Petite promenade dans la capitale sur ses traces, où l'on devrait croiser quelques inconditionnels ce week-end. 

Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
Jim Morrison, le chanteur des Doors, le 1er mai 1969. (MARY EVANS / AF ARCHIVE / SIPA)

Tout fan de Jim Morrison qui se respect le sait : sa tombe située au cimetière parisien du Père Lachaise est le rendez-vous numéro un des amoureux du "Roi lézard" depuis qu'il y a été inhumé le 7 juillet 1971 (alors que son décès avait été constaté le 3 juillet). En dépit de sa modestie, et bien qu'elle soit située dans un coin un peu perdu, elle reste la sépulture la plus fréquentée du cimetière, 50 ans après la mort de cette icône du rock à l'âge de 27 ans. 

Des fleurs et des photos déposées sur la tombe de Jim Morrison au cimetière du Père Lachaise,à Paris, le 17 avril 2021. (SAM TARLING / GETTY IMAGES EUROPE)
C'est "un cimetière qu'il aimait particulièrement, il s'est souvent promené ici, il aurait voulu être enterré aux côtés d'Oscar Wilde", autre célébrité du lieu, raconte Sophie Rosemont, critique rock passionnée par le leader des Doors, qui fut un poète inspiré en plus d'être un chanteur habité. Nul doute qu'il y aura foule ce samedi 3 juillet autour de la stèle pour lui rendre hommage.

Dernier domicile connu dans le Marais

La dernière demeure connue de son vivant, c'est le 17 rue Beautreillis, dans Le Marais, un appartement au 3e étage, occupé par Elizabeth Larivière, dite "Zozo", mannequin de l'époque, qui lui sous-louait. Le chanteur avait rejoint à Paris sa compagne Pamela Courson (héroïnomane notoire, alors que lui buvait surtout) et, lassé de la pop, voulait se consacrer "à l'écriture", souligne Sophie Rosemont. Il ne vivra que trois mois à Paris.

Une vue de la façade du 17-19 rue Beautreillis (Paris 4e), dernier domicile connu du chanteur des Doors, l'Américain Jim Morrison. (MARC PIASECKI / GETTY IMAGES EUROPE)
"Il allait acheter son vin blanc aux Vins des Pyrénées, un caviste de la rue Beautreillis. Dans le coin, il y a la Place des Vosges, l'île Saint-Louis, les quais des bouquinistes, où il se rendait dans l'anonymat le plus total", raconte encore Sophie Rosemont. Selon la version officielle, Jim Morrison est mort dans sa baignoire à 27 ans, d'un arrêt cardiaque. Sur la façade, une feuille de papier collée en hauteur indique pourtant en anglais que "Jim Morrison n'est pas mort ici".
"Aux vins des Pyrénées", un caviste devenu restaurant de la rue Beautreillis à Paris, où Jim Morrison aimait aller de son vivant. (RIEGER BERTRAND / HEMIS.FR)

Est-il mort au Rock'n'Roll Circus, dans le 6e ?

Car depuis quelques années, une autre musique se fait entendre. Le journaliste et écrivain Sam Bernett affirme dans ses livres que l'icône rock a fait une overdose dans les toilettes d'une boîte de nuit parisienne, le Rock'n'Roll Circus, dont il était le gérant. "Son visage était gris, les yeux fermés, il y avait du sang sous son nez, une bave blanchâtre comme de l'écume autour de la bouche légèrement ouverte", écrit-il dans Jim Morrison, la vérité (éd. du Rocher). Marianne Faithfull assure même dans une interview à Mojo que c'est Jean de Breteuil, dealer des stars et son petit ami de l'époque, qui lui avait fourni la dose fatale.

Situé au 57 rue de Seine (le lieu n'existe plus), "le Rock'n'Roll Circus était un endroit assez fou, fréquenté par des intellos, des branchés, des hippies, des petits voyous, des grands voyous, des gens de la bourgeoisie, des stars comme Mick Jagger", relate Sophie Rosemont.

France 2 revenait en 1991 sur les circonstances mystérieuses de la mort de Jim Morrison à Paris (reportage Michel Vial, archives INA)

Shakespeare and Company, la librairie que fréquentait Morrison

Si les afficionados du chanteur chamane se donnent souvent rendez-vous dans les cafés autour du Père-Lachaise, ils passent aussi par la librairie Shakespeare and Company spécialisée dans la littérature anglo-saxonne. 

Fréquentée dans les années 50 par plusieurs figures de la Beat generation tels Allen Ginsberg et Gregory Corso, cette librairie située 37 rue de la Bûcherie (5e arrondissement) existe encore en 2021. "C'est un lieu que Morrison a tout de suite investi, il ne parlait pas très bien le français, même s'il aimait beaucoup Rimbaud, Beaudelaire, Mallarmé", détaille Sophie Rosemont.

La librairie Shakespeare and Company est située sur les quais rive gauche, face à Notre-Dame de Paris, dans le 5e arrondissement de Paris. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

La Palette, l'un des cafés où Jim apaisait sa soif

On est ici au coeur du Paris de Jim Morrison, "pas loin du Quartier Latin, de la Rive gauche, pas si loin de chez Agnès Varda, une amie, pas loin du tout de Saint-Germain-des-Près, du café La Palette, où il allait boire". Et où des verres seront sans doute levés à sa santé ce week-end.

La terrasse très fréquentée du café La Palette, situé à l'angle de la rue de Seine et de la rue Jacques Callot (Paris 6e). (GUY BOUCHET / PHOTONONSTOP / AFP)

A Noter :

A l'occasion des cinquante ans de sa mort, Arte propose une série spéciale autour de Jim Morrison. On peut démarrer par un documentaire inédit de 53 minutes intitulé Jim Morrison: derniers jours à Paris (à voir et revoir ici), qui retrace les dernières heures du chanteur des Doors dans la capitale. On peut également découvrir un autre doc, When You're Strange raconté par Johnny Depp (à voir par ici), et surtout le concert des Doors à l'île de Wight en 1970 (à voir ici). 

Le chanteur des Doors Jim Morrison en 1970 (lieu non spécifié). (MICHAEL OCHS ARCHIVES / GETTY IMAGES)

A noter également, la sortie prévue en octobre d'une Anthologie de 600 pages qui réunit ses écrits (paroles de chansons, poèmes, journaux) dont plusieurs inédits tirés de 28 carnets de notes récemment retrouvés, ainsi que des photos, aux éditions Massot.

Musique : il y a 50 ans, la légende Jim Morrison nous quittait
Musique : il y a 50 ans, la légende Jim Morrison nous quittait Musique : il y a 50 ans, la légende Jim Morrison nous quittait (FRANCEINFO)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.