Voitures volées et incendiées : le clip de rap qui fait polémique à Lormont, près de Bordeaux

Tourné dans une cité de Bordeaux, le clip du rappeur marseillais La Crapule est dans le viseur de la justice. Plusieurs voitures utilisées et incendiées dans cette vidéo étaient en réalité des véhicules volés. Une information judicaire est ouverte.  

Voitures brûlées, consommation de cannabis, rodéo dans la cité, armes de poing exhibées, le dernier clip de La Crapule, est on ne peut plus éloquent. Pour évoquer une banlieue à feu et à sang, le rappeur marseillais a choisi comme lieu de tournage un quartier proche de Bordeaux. Une mise en scène qui n'est pas du tout du goût des habitants et des élus de Lormont. 

Information judiciaire et mise en examen

L'affaire du clip malveillant va encore plus loin. Selon les premiers éléments de l'enquête, les voitures incendiées ainsi que plusieurs motos visibles dans la vidéo auraient été volées. De plus, "la vidéo a été tournée sans aucune autorisation dans la cité HLM de Saint-Hilaire à Lormont", souligne encore l'adjointe à la citoyenneté. 

Un jeune majeur et un mineur ont été mis en examen et placés sous contrôle judiciaire le 12 décembre dernier, à la suite de la diffusion du clip. Les deux mis en examen sont suspectés d'avoir joué un rôle actif dans le vol des véhicules. L'enquête de police se poursuit afin d'identifier d'autres participants au vidéo clip et leur degré d'implication dans les faits reprochés, selon le quotidien Sud-Ouest.

Une cité indignée 

Ironie de l'histoire, le quartier Saint-Hilaire, lauréat d'un prix d'architecture, est au centre de tous les équipements socio-culturels et éducatifs de la ville. 

C'est plus que de l'indignation, on porte au quotidien le bien vivre, le respect, la toléranceYasmina Boultam Adjointe à la citoyenneté de Lormont

Un tissu associatif a permis de gagner la confiance et la fierté des habitants. "Les jeunes sont aimables ici", confie une passante. Une ambiance à l'opposé de celle décrite dans le clip Au Tieks. "Je suis mère célibataire, je vis tranquillement, je rentre à n'importe quelle heure, je n'ai jamais eu aucun problème avec les jeunes", raconte encore une résidente de la cité. 

Le buzz de la violence

Dans le film de 2'37" du rappeur originaire de Marseille, on voit celui-ci et une vingtaine de jeunes figurants évoluer dans la cité. A ce jour, le clip a déjà été visionné plus de 96 000 fois.