Cet article date de plus d'un an.

Boom du vinyle : des productions oubliées de nouveau disponibles

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
PASSION VINYLES
France télévisions
Article rédigé par
E. Cornet, S. Pichavant, L. Calvy, A. Boulet - France 3
France Télévisions

L’an dernier, les disques vinyles ont représenté 28 % des ventes physique (source SNEP). Le bon vieux 33 tours continuent donc de grignoter sur le CD. Le 19/20 de France 3 revient sur cette tendance.

Le vinyle n’est pas qu’une affaire de nostalgique. Marius Lubetzki a 26 ans et il ne jure que par sa collection de 33 tours et ses platines. "J’ai chopé ma première platine vinyle chez mon grand-père. Avec, il y avait 3 Brassens et 2 Brel. J’ai commencé à en acheter. Ca fait plaisir de sentir les petits craquements, c’est un super format ! Évidemment qu'on ne trouve pas des belles pochettes en streaming, sur nos petits écrans ! ", raconte-t-il. 

De nouveaux éditeurs sur le marché

Pour répondre à cette demande, de nouveaux éditeurs sont apparus sur le marché. C’est le cas de Diggers Factory, une société née il y a 5 ans. Particularité : un modèle économique basé sur le pressage à la demande (donc pas de risque de surproduction), et qui s’appuie sur l’intérêt du public pour les petits trésors qui dorment parfois depuis très longtemps dans des armoires ou des caves.  

Cyril Roux, éditeur chez Diggers Factory, est en permanence à la recherche de pépites sonores oubliées, susceptibles d’être éditées en vinyle. "C’est tout l’intérêt de notre travail, explique-t-il. Redécouvrir des choses qui ont culturellement un intérêt pour le public". Pour ce faire, l’éditeur s’appuie sur des partenaires comme l’INA, des sociétés de production ou des labels, susceptibles de détenir des trésors.
Ainsi vient-il par exemple de concrétiser la réédition de la bande originale du film Emmanuelle 2 (un classique érotique des années 70), signées Francis Lai. Des bandes retrouvées chez le compositeur (décédé en 2018), dont le catalogue est géré depuis 1990 par FGL Productions.

"Il y a quelques pièces importantes qui ont un peu disparu, raconte Thierry Wolf, directeur général de FGL Productions. C’est le cas de la musique d’Emmanuelle 2, qui est fabuleuse. Donc on s’est dit : ça mérite d’être réédité intégralement. Et l’avantage du vinyle, c’est que c’est vraiment pour des gens qui connaissent la musique, qui savent l’apprécier, qui sont un peu pointilleux sur la qualité du son, etc…" 

Ce vinyle devrait sortir pour le disquaire day, en juin. Et la cadence des sorties va s'accélérer dans les prochains mois. Diggers Factory a  sorti 150 nouveaux vinyles en 2020. Le chiffre pourrait grimper à 300 en 2021. Ainsi, Manu Dibango, Miles Davis ou Johnny Hallyday feront l’objet d’une édition vinyle dans les prochaines semaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.