La chanteuse brésilienne de "The Girl from Ipanema", Astrud Gilberto, est morte à 83 ans

La chanteuse brésilienne Astrud Gilberto est morte à 83 ans ont annoncé mardi les médias brésiliens après la publication d’un post Instagram de Sofia Gilberto, la petite fille de l’icône de la bossa nova.
Article rédigé par franceinfo Culture
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Astrud Gilberto  sur scéne en 1984 (ULLSTEIN BILD / ULLSTEIN BILD)

Les médias brésiliens ont annoncé mardi la mort à 83 ans de la chanteuse brésilienne Astrud Gilberto après la publication d’un post Instagram de Sofia Gilberto, la petite fille de l'artiste. Astrud Gilberto, avait percé en 1963 avec le standard de la bossa nova The Girl From Ipanema, enregistré avec le saxophoniste américain Stan Getz. La chanson avait été écrite en 1962 par Antônio Carlos Jobim pour la musique, et par Vinícius de Moraes pour les paroles brésiliennes originales.

De Stan Getz à Etienne Daho

Née dans l’état de Bahia au Brésil - au Sud de la région Nordeste - d’un père allemand et d’une mère brésilienne, Astrud épouse à 19 ans le musicien João Gilberto, déjà célèbre comme guitariste de la chanteuse Elizeth Cardoso.

Tout juste installés à New York en 1963 la roue tourne pour eux quand ils rencontrent le saxophoniste Stan Getz. Elle enregistre l’album Getz/Gilberto (1964) sur lequel figure The Girl From Ipanema qui va devenir un standard incontournable de la Bossa et du jazz, repris d’Ella Fitzgerald à Stevie Wonder. Un Grammy Award du meilleur disque de l'année 1964 a récompensé cette version légendaire de A Garota de Ipanema. À 23 ans, Astrud devient une artiste de premier plan, mais elle divorce de João Gilberto pour Stan Getz, avec lequel elle va désormais collaborer exclusivement.

Astrud garde son nom de Gilberto et signe toujours en 1964 avec le saxophoniste Getz au Go Go, du nom du café de Greenwich Village à New York où se produit le jazzman. La chanteuse enregistre d’abord en anglais avant de passer au brésilien. Astrud Gilberto devient alors l’icône vocale de la bossa nova des années 60, avant de s’éclipser. Ce n’est que trente ans plus tard qu’elle se reproduit sur scène, à la fin des années 90. Elle crée alors sa maison de production Gregmar, et milite aux côtés de l’association Red Hot Organization contre le Sida, sur la compilation Red Hot + Rio. Elle enregistrera également un duo avec Étienne Daho, Les bords de Seine, sur l'album du chanteur français, Eden (1996).

"Cette chanson va te rendre célèbre"

Elle raconte devoir sa popularité à une proposition inopinée de Joao Gilberto, en pleine répétition avec Stan Getz, de lui faire chanter un refrain en anglais. "Cette chanson va te rendre célèbre", lui prédit le saxophoniste dans le studio d'enregistrement. A 24 ans, avec son allure sage et douce, la jolie brune conquiert aussitôt le public, mais pour vaincre sa peur de la scène elle doit suivre les cours de théâtre de l'école Stella Adler, à New York. Le concert des trois amis au Carnegie hall à New York, en octobre 1964, les porte au pinacle.

Après The Girl from Ipanema, celle qui est souvent appelée la "reine de la bossa nova" poursuit sa carrière aux Etats-Unis où elle est restée après son divorce avec Joao Gilberto, puis sa séparation avec Stan Getz. Fly Me to the Moon (1972) est un nouveau succès majeur pour la chanteuse qui se fait compositrice avec les albums Astrud Gilberto Now et That Girl from Ipanema où sur des paroles de Hal Shaper, elle s'illustre aussi avec Far Away, chanté en duo avec Chet Baker, l'idole de son adolescence.

Sa timidité surmontée lui permet de se produire en tournée à travers les Etats-Unis, au Canada, au Japon, en Europe, avec son groupe de musiciens, parmi lesquels Marcelo Gilberto, l'un de ses deux fils, à la basse. Avec lui et son frère Gregory Lasorsa, elle crée les Productions Gregmar qui sortiront notamment un album-hommage à Antonio Carlos Jobim. L'année 2001 est celle de la dernière apparition sur scène de l'artiste qui, après un Latin Jazz USA Award, est intronisée à New York au Temple de la Renommée de la musique latino-américaine, le "Latin Music Hall of Fame". En 2008, un Latin Grammy Award la récompense pour l'ensemble de sa carrière.

Loin des projecteurs, Astrud Gilberto a vécu ses dernières années à Philadelphie, aux Etats-Unis, et se consacrait à la peinture et la lutte pour la défense des droits des animaux. Elle est l'auteur de l'essai "Animals, they need our help !!!" (Les animaux ont besoin de notre aide).

Elle est décédée moins de quatre ans après Joao Gilberto, mort en juillet 2019. Avec elle, le Brésil vient de perdre une troisième chanteuse renommée en quelques mois: Gal Costa, icône du tropicalisme décédée en novembre, et Rita Lee, reine du rock brésilien, disparue en mai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.