Les enfants de Tonton David lancent une cagnotte pour ses funérailles et son disque posthume

À peine postée, la cagnotte avait déjà récolté 3 000 euros. Les enfants de Tonton David l'ont lancée pour financer les obsèques du chanteur et la sortie d'un disque sur lequel il travaillait.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Tonton David en 2010 (MATHIEU LOMBARD / MPP / SIPA)

Les enfants de Tonton David, décédé mardi à 53 ans des suites d'un AVC, ont lancé une cagnotte Leetchi pour financer ses funérailles et la sortie d'un album posthume, a indiqué mercredi à l'AFP son fils Samuel.

"Notre père avait arrêté sa carrière à 40 ans et pour qu'il ait des funérailles dignes de ce nom et pour sortir le disque sur lequel il travaillait, nous avons lancé une cagnotte Leetchi", a expliqué à l'AFP Samuel Grammont, un des quatre enfants de David Grammont, vrai nom de l'artiste.

La cagnotte s'appelle "Pour le départ de Tonton David" et l'album se nommera Un job ou un bizz. Postée le mercredi 17 février dans l'après-midi, la cagnotte avait récolté déjà plus de 23 000 euros jeudi matin. 

Hommages d'Omar Sy, Pierpoljak, Princess Erika

L'annonce de la disparition de Tonton David, figure du reggae en France, célèbre pour son tube Chacun sa route dans les années 1990, a suscité une grande vague d'émotion sur les réseaux sociaux.

"Repose en paix Tonton David, Le Blues des racailles, toute ma jeunesse", a ainsi posté l'acteur Omar Sy, avec un lien vers ce titre de l'artiste.

Pierpoljak, autre voix du reggae en France, s'est filmé sur Instagram en train de dire face caméra : "Ouah, je suis dévasté, je viens d'apprendre que mon ami Tonton David est mort". La chanteuse Princess Erika a twitté leur duo Est-ce qu'il y a quelqu'un ?

Tonton David s'était également fait connaître pour Peuples du monde (et sa fameuse intro "Issus d'un peuple qui a beaucoup souffert/Nous sommes issus d'un peuple qui ne veut plus souffrir") avec un clip réalisé par Mathieu Kassovitz.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.