La dernière provocation de Kanye West ? Arborer un T-shirt "White Lives Matter" à son propre défilé parisien

Le rappeur provocateur a encore fait des siennes : lors du défilé de sa collection lundi soir à Paris, il arborait sur un T-shirt un slogan prisé des suprémacistes blancs américains.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Kanye West au défilé Givenchy printemps-été 2023, dimanche 2 octobre 2022 à Paris.  (JULIEN DE ROSA / AFP)

On le sait, Kanye West n'est plus à une provocation près pour faire parler de lui. Mais le rappeur, producteur et créateur de mode n’y va pas avec le dos de la cuillère. Lundi soir, lors d’un défilé "secret" organisé à Paris dans le cadre de la Fashion week pour présenter sa nouvelle ligne YZY SZN9, le T-shirt à manches longues qu’il portait a attiré tous les regards et fait depuis beaucoup parler : il y était inscrit dans le dos, en lettres géantes, le slogan "White Lives Matter" (Les vies des Blancs comptent).

Un slogan raciste des suprémacistes blancs

Cherchait-il avec se slogan à se concilier les faveurs des riches clients blancs de la mode ? Il aurait pu alors proclamer "All Lives Matter" (Toutes les vies comptent). Car selon l’Anti-Defamation League, une ONG américaine qui lutte contre l'antisémitisme et les discriminations, le slogan White Lives Matter n'a rien d'anodin. Il s'agit d'une phrase des suprémacistes blancs, née en 2015 en tant que réponse raciste au mouvement Black Lives Matter, apparu lui pour protester contre les brutalités policières contre les Afro-américains. Un slogan utilisé depuis par des groupes suprémacistes tels que le Ku Klux Klan et la Aryan Renaissance Society.

Kanye West, connu pour son soutien à l’ancien président républicain Donald Trump, était aussi photogaphié lundi soir posant en coulisses de son défilé au côté de Candace Owens, une éditorialiste politique conservatrice et pro-Trump, vêtue elle aussi d’un T-shirt orné du même slogan. Une phrase que l'on retrouve, selon des témoins, au dos de plusieurs tenues de ce show de la collection Yeezy avec une image du Pape à l'avant.

Aucune explication

La star, qui fut aussi candidat à la présidentielle aux Etats-Unis en 2020, n’a donné aucune explication à ce geste ni au message clair qu’il entend faire passer. Face aux premières critiques, il s'est contenté de publier sur Instagram un message selon lequel "Tout le monde sait que le mouvement Black Lives Matter était une arnaque."

Habitué des controverses, Kanye West avait déjà déclenché un torrent de réactions en 2018 avec un commentaire au sujet de l’histoire de l’esclavage américain, assurant que l’esclavage était "un choix". "On entend parler de l’esclavage qui a duré 400 ans. Pendant 400 ans ? Ça ressemble à un choix", avait-il déclaré, ajoutant : "Nous sommes dans une prison mentale. J'aime le mot prison parce que celui d'esclaves est trop lié aux Noirs".

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Photos Of Ye – Fanpage (@photosofkanye)



Comme le rapporte Le Figaro, Anna Wintour, John Galliano, Demna (Balanciaga), Riccardo Tisci (Burberry) et Jean Touitou (APC) faisaient partie lundi soir du public trié sur le volet composé d'une soixantaine de personnes, qui assistait au show de Kanye organisé près des Champs-Elysées et diffusé en livestream, débuté avec plus d’une heure de retard. La veille, dimanche, Kanye West avait défilé pour Balenciaga.

La critique virulente d'une journaliste de Vogue

Selon Rolling Stone (payant, en anglais), plusieurs personnalités ont quitté le show en signe de protestation. C'est le cas de Jaden Smith, qui a tweeté peu après : "Je me fous de qui il s'agit, je ne sens pas le message, je me casse" et d'une journaliste du magazine Dazed



La rédactrice Vogue Gabriella Karefa-Johnson a été la plus articulée et la plus virulente dans sa critique, postée en "story" sur Instagram. "Les T-shirts que cet homme conçoit, produit et partage avec le monde sont une pure violence. Il n'y a pas d'excuse, il n'y a pas d'art ici", a-t-elle écrit. Dans un message qu'elle ensuite supprimé sur Instagram, la mannequin Gigi Hadid a soutenu Karefa-Jonhson et a conclu à l'adresse de Kanye West : "Tu es un tyran et une blague". 

En guise de réponse, Kanye West a critiqué le style vestimentaire de la journaliste et l'a traitée de "personne qui n'est pas de la mode". Soutenue pleinement par la rédaction de Vogue, Karefa-Johnson a ensuite accepté de dîner avec le rappeur-créateur dans un restaurant parisien pour arrondir les angles. Mais elle a souligné qu'elle continuerait à faire valoir son opinion et à dire sa vérité. 

Kanye accuse Bernard Arnault d'avoir "tué" Virgil Abloh

Loin d'être apaisé, le rappeur provocateur a ensuite dirigé sa colère contre Bernard Arnault, le PDG de LVMH, l'accusant sans raison sur Instagram (message retiré depuis) d'avoir "tué mon meilleur ami" Virgil Abloh, qui fut un temps son collaborateur et était le directeur artistique pour Homme chez Louis Vuitton au moment de sa mort en novembre 2021.

Tremaine Emory, le directeur artistique de la marque Supreme a alors tenu mardi à recadrer Kanye West en lui rappelant combien il avait manqué de respect à l'égard de Virgil Abloh durant sa vie et avait continué à le critiquer alors qu'il luttait contre un cancer en phase terminale, et même au lendemain de sa mort. "Laisse le nom de Virgil en dehors de ta bouche. Tu n'es pas une victime, tu es un narcissique insécurisé qui ferait n'importe quoi pour être validé par le monde de la mode."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Tremaine Emory (@tremaineemory)

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Kanye West

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.