Iggy Pop sort par surprise un hymne rock anti-coronavirus, "Dirty Little Virus"

L'icône punk-rock Iggy Pop a composé une chanson au sujet du fléau qui a marqué 2020 sur la planète entière.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'icône punk-rock Iggy Pop explique dans une vidéo postée le 21 décembre 2020 pourquoi et comment il a écrit sa chanson sur le coronavirus "Dirty Little Virus". (SAISIE ECRAN YOUTUBE)

Il s'appelle Dirty Litlle Virus (Sale Petit Virus) et c'est l'hymne rock anti-coronavirus qu'on attendait : Iggy Pop l'a sorti par surprise lundi 21 décembre en fin de soirée (heure française).

"Covid-19 is on the scene", commence l'icône punk dans cette chanson dont le refrain dit "Dirty Little Virus, Sleeping inside us" (Sale petit virus, dormant en nous). "The boys and the girls can't stop their world. Grandfather’s dead. Got Trump instead" (Les garçons et les filles ne peuvent arrêter leur monde. Grand-père est mort. Il a eu Trump à la place), chante-t-il aussi, ainsi que "She’s only 19, but she can kill ya" (Elle n'a que 19 ans, mais elle peut te tuer). Iggy Pop a co-écrit ce titre avec le musicien américain Leron Thomas, qui joue de la trompette sur le morceau et en a assuré les arrangements, tandis qu'Ari Tetiel y tient la guitare et la basse.

"S'il y avait un homme de l'année, ce serait le virus"

Dans une vidéo à part (ci-dessous) sur fond de jardin ensoleillé, sans doute celui de son domicile en Floride, l'Iguane explique quand, pourquoi et comment il a écrit cette chanson.

"J'ai voulu écrire des paroles directes, pas quelque chose de trop émouvant ou profond", explique l'icône punk-rock. "Plus comme du journalisme : qui, quoi, quand, où ? J'ai laissé le pourquoi parce que ça devient trop complexe, mais j'ai livré mon ressenti." "Ça a été le grand truc de ma vie, et de celle de tous je le reconnais, depuis presque un an maintenantS'il y avait un homme de l'année, ce serait le virus, alors j'ai écrit ces paroles", conclut-il.



Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.