Cet article date de plus de cinq ans.

Festival Days Off : avec leurs “machines à rêves”, Flavien Berger et le Collectif Sin~ rendent la musique visible

Le festival Days Off de la Philharmonie de Paris touche à sa fin. L'occasion de découvrir celles et ceux qui incarnent d'ores et déjà la relève pop française de demain. 

Article rédigé par franceinfo - Manon Mella
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Collectif Sin~ (MANON MELLA / RADIO FRANCE)

Le festival Days Off de la Philharmonie de Paris (Cité de la musique) touche à sa fin. Le Collectif Sin~, dont le prometteur Flavien Berger fait partie, signe dimanche 8 juillet la note finale de cette semaine placée sous le signe de la musique contemporaine. Avec leurs “dreamachines”, les 12 artistes du collectif explorent les pratiques de la musique, du son, de la vidéo, et de l’électronique.

Le reportage de Manon Mella

Berger, l'étoile étonnante de la pop française

Flavien Berger, musicien français, auteur, créateur de paysages et de sensations est de retour avec un premier extrait, Brutalisme, issu de son nouvel album prévu pour le 28 septembre. Flavien Berger est une étoile étonnante dans ce vaste univers qu’est la pop française. Il ne fait rien comme tout le monde. Derrière ses multiples machines, il joue avec le son jusqu’à plonger le public dans une nébuleuse de couleurs et de textures.  

La Philharmonie de Paris lui a prêté les commandes du vaisseau en lui confiant une partie de la programmation. Pendant une semaine, Flavien Berger a ainsi proposé au public une certaine vision de sa musique. L’artiste a pu inviter Moodoïd, Forever Pavot, le grand Noir Boy George, Oklou,  Loto Retina et  le Collectif Sin~ qui transforme la musique en lumière à l’aide de “dreamachines”.

Le Collectif Sin~ : Sin comme sinusoïdal

Le Collectif Sin~ est une aventure humaine et artistique commune qui a débuté en 2010 à Paris. Aujourd’hui ils sont 12 à en faire partie, dont Flavien Berger. Le Collectif Sin c’est l’interdisciplinarité dans la création. Ils sont plasticiens, musiciens, charpentiers, bricoleurs, rêveurs. Les machines (“dreamachines”), qu’ils fabriquent eux-mêmes, transforment le signal sonore en lumière. Ces 12 artistes deviennent les interprètes de l’invisible : le son. En traduisant son signal en lumière, le groupe propose au public une expérience sensorielle unique : celle de voir la  musique.

On fait vibrer de l’eau qui est éclairée ce qui permet de voir apparaître les plis de l’eau créés par la musique

Maya de Mondragon

franceinfo

Le Collectif Sin se produit dimanche 8 juillet à 17h dans Le Studio de la Philharmonie de Paris.

*Le deuxième album de Flavien Berger intitulé “Contre-Temps” sera disponible le 28 septembre 2018. Il sera en concert au Festival de Dour le 15 juillet, au MIDI Festival de Hyères le 21 juillet. Un Olympia est également prévu le 19 novembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.