Evénement : des centaines de fans découvrent un titre inédit de Daft Punk, "Infinity repeating", en exclusivité au Centre Pompidou

Le groupe électro le plus connu de la planète, Daft Punk, séparé depuis deux ans, a dévoilé ce jeudi 11 mai devant des milliers de fans un titre inédit en avant-première mondiale. C'était au Centre Pompidou, à l'occasion des dix ans de l'album "Random access memories". Le titre et le clip sortent officiellement demain 12 mai à 6 heures.
Article rédigé par Marianne Leroux
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Des centaines de fans découvrent le clip du nouveau titre de Daft Punk en exclusivité au Centre Pompidou. (MARIANNE LEROUX)

Le duo français Daft Punk, séparé en février 2021, étonnera toujours. Alors qu'elles restent rares, les têtes casquées ont décidé pour les dix ans de leur dernier album culte Random access memories, de marquer le coup en dévoilant en exclusivité, jeudi 11 mai, un titre inédit et son clip au sein du Centre Pompidou, là où tout a commencé. C'est bien à Beaubourg que l'électro les a happés il y a plus de trente ans, précisément le 10 novembre 1992, lors d'une rave party fondatrice. Thomas Bangalter allait bientôt avoir 18 ans, son complice Guy-Manuel de Homem-Christo avait cet âge depuis quelques mois. Ils se forment en 1993 sous le nom de Daft Punk. 

Une "démo" 

Trois décennies plus tard, des milliers de fans attendent devant le musée parisien, créant une file d'attente interminable, pour découvrir un morceau inédit du groupe français. Ce titre est une "démo", le premier jet d'un morceau composé à l'origine pour Random access memories, récompensé par cinq Grammys. Infinity repeating fait partie des neuf morceaux couchés sur bandes en 2013 et jamais diffusés.

Des centaines de fans de Daft Punk attendent devant le Centre Pompidou. (MARIANNE LEROUX)

Lorsqu'il est l'heure d'entrer dans le musée, les visiteurs se précipitent pour assister à la diffusion du clip, dans les différents lieux de projection : un écran géant dans le grand hall, une salle de cinéma et une galerie pour une expérience d'écoute en très haute définition. 

C'est à 18h40 que le titre résonne et le clip rayonne dans l'enceinte du Centre Pompidou. Les nombreux spectateurs sont concentrés et obnubilés par ce qu'ils entendent et qu'ils voient, sorti de leur univers caractéristique. On peut y entendre le chanteur Julian Casablancas et The Voidz, dans une musique à la fois répétitive et instrumentale entraînante. 4 minutes et 15 secondes plus tard, les applaudissements retentissent et les sourires s'affichent en grand sur les visages. Les fans de tout âge semblent conquis et heureux d'être venus pour cet évènement inédit, malgré l'absence des deux artistes.  

"Fan absolue" 

Laura, 16 ans, est charmée et a encore des étoiles plein les yeux : "Je suis vite venue après les cours, je ne pouvais pas rater ça ! C'était exceptionnel. Je suis une fan absolue de Daft Punk, ils arrivent à nous surprendre même après toutes ces années et après leur séparation. J'ai hâte d'être à demain pour écouter le titre en boucle" . Être là c'était aussi un passage obligé pour Nicolas, 23 ans, fan inconditionnel du groupe depuis la sortie de Random access memories, il y a tout juste dix ans.

Pour lui, cet évènement à Beaubourg était une suite logique  : "C'est dans la continuité de ce qu'ils proposent depuis leur séparation : archiver leur travail et rappeler au public que leur musique est là et restera là pour longtemps. Le clip est bien réalisé mais ce qui m'a agréablement surpris c'est la musique, honnêtement le son est incroyable alors que ce n'est qu'une démo. C'est une belle conclusion à cette aventure Random access memories", raconte-t-il. "En plus, le faire au Centre Pompidou, c'est une superbe idée. C'est un clin d'oeil aux premiers fans parisiens et à leur début surtout, c'est une belle symbolique trente ans plus tard, c'est très réussi". 

Intergénérationnel 

Le duo casqué est définitivement intemporel et intergénérationel. Après trente ans, leur univers mystérieux et leur image de robots venus d'ailleurs passionnent toujours autant les foules, des plus jeunes aux plus âgés. Il y a plus de deux ans, leur séparation, si inattendue, aura marqué les esprits. Ce fut un choc pour beaucoup de fans mais une nouvelle étape pour le duo français qui semblait avoir accompli tout ce qu'il souhaitait ensemble.

Depuis 2021, Thomas Bangalter, un des deux Daft Punk, a composé sa première pièce pour orchestre pour un ballet du chorégraphe Angelin Preljocaj Mythologies

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.