Cet article date de plus de cinq ans.

Menahem Pressler à Lyon : "Je me sens comme le compositeur des oeuvres que je joue"

Si la virtuosité à une âme, alors c’est celle de Menahem Pressler. A plus de 90 ans, le pianiste américain fascine encore le public avec son jeu à la fois profond et limpide. Il est de passage à l’Auditorium de Lyon le 26 septembre pour jouer avec l’Orchestre national de Lyon dirigé par Joshua Weilerstein. Rencontre pendant les répétitions avec un musicien malicieux et habité.
Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
A 90 ans passés, Menahem Pressler possède toujours un jeu à la fois enfantin et subtil
 (Indiana University)
Au programme du concert à l'Auditorium de Lyon : Dimitri Chostakovitch (Suite de Hamlet), Mozart (Concerto pour piano et orchestre n° 27) et Antonín Dvořák (Symphonie nº 7). Pour accompagner Menahem Pressler, le chef assistant de l’Orchestre philharmonique de New York , Joshua Weilerstein, qui du haut de ses 28 ans dirigera l’ONL.
 
Reportage : O. Denoyelle / A. Henry / L. Cortial
Le 16 décembre prochain, Menahem Pressler aura 92 ans. C’est peu dire que sa vie aura été bien remplie et surtout guidée par une sorte de bonne étoile qui a veillé sur ce génie du piano.

Enfant, Menahem Pressler veut faire du violon mais quand son frère tombe malade, c’est lui qui va suivre les cours à domicile du professeur de piano. Il fuit l’Allemagne nazie avec ses parents juste avant la Nuit de cristal. Direction l’Italie, puis la Palestine où la pianiste Eliyahu Rudiakow puis le français Paul Loyonnet  le prennent sous leurs ailes. C’est Loyonnet qui organise le départ de Menahem pour les Etats-Unis.
En 1946, à 23 ans, le jeune homme remporte le Premier Prix du concours Debussy à San Francisco. Il entame une carrière solo avant de créer en 1955 le Beaux Arts Trio avec le violoniste Daniel Guilet et le violoncelliste Bernard Greenhouse. Une belle aventure menée en parallèle de son activité de professeur de l’université d’Indiana.
Après l'arrêt du trio Beaux Arts en 2008, Menahem Pressler n'a pas pas cessé de jouer pour autant. Malgré une opération suite à une rupture d'anévrisme, il a commencé à enregistrer une série d'albums consacrés à l'intégrale des Sonates de Mozart (17 au total). Le premier opus est sorti en mars 2015. On attend la suite avec impatience.


Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.