Cet article date de plus de sept ans.

Haute couture : les iridescentes créatures en 3D de Yuima Nakazato

Article rédigé par Corinne Jeammet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Invité pour la première fois dans le calendrier haute couture, Yuima Nakazato s'est distingué avec ses 12 créatures iridescentes. L’une des signatures de ce couturier-costumier japonais est l’utilisation de matériaux non traditionnels. Ses vêtements aux coupes relativement classiques adoptent des textures en PVC Hologram intégrant l'impression 3D et UV. Futuriste et artistique !

Patrick Kovarik/AFP

Né en 1985 à Tokyo, Yuima Nakazato était le plus jeune japonais diplômé de l'Académie Royale des Beaux-Arts d'Anvers en 2008. Il a reçu pour sa collection de fin d'études le prix de l'innovation par Ann Demeulemeester (des Six d'Anvers). Il a aussi remporté un prix au International Talent Support pour des chaussures qui ont rejoint la collection permanente du MoMu à Anvers.
 (Patrick Kovarik/AFP)
Le créateur japonais lance sa marque en 2009 et présente l'année suivante son défilé masculin à Tokyo. Il a été nommé futur talent dans la catégorie Best Dress-up par Nicola Formichetti dans US V MAGAZINE. Il a réalisé des costumes pour la chanteuse Fergie pour The Black Eyed Peas World Tour, pour Lady Gaga ainsi que pour EXILE et Sandaime J Soul Brothers de EXILE TRIBE. Il a aussi collaboré à la conception de costumes pour les films, le théâtre... 
 (IAN LANGSDON)
Issus d'une famille d'artistes, Yuima Nakazato a été constamment entouré par l'art dès son enfance. 
 (Patrick Kovarik/AFP)
Trois éléments constituent le pilier de son travail : "Cosmos", "Future" et "Nature". Le créateur propose une approche originale en intégrant les dernières technologies dans ses produits.
 (Patrick Kovarik/AFP)
C'est une garde-robe classique composée de 12 pièces : robe, jupe, veste, pantalon que le créateur japonais travaille en utilisant du PVC Hologram pour de l'impression 3D par Stratasys et de l'impression UV avec Fuji Film. 
 (IAN LANGSDON)
  (Patrick Kovarik/AFP)
  (IAN LANGSDON)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.