Retour du public à une Fashion Week de Milan "plus intimiste" mais qui veut faire la fête

Succédant à la Fashion Week de New York et de Londres - et précédant celle de Paris - la semaine de la mode de Milan présente du 22 au 27 septembre les collections printemps-été 2022 de 65 marques. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Emporio Armani automne-hiver 2020, le 21 février 2020 à Milan en Italie  (ANDREAS SOLARO / AFP)

La Fashion Week féminine printemps-été 2022 de Milan repart ce 22 septembre avec 65 défilés - dont 43 en physique - jusqu'au 27 septembre. Après 18 mois de crise sanitaire, les jauges de public seront encore réduites et les budgets ont été revus à la baisse pour des formats annoncés "plus intimistes".

Côté mondanité, c'est aussi le retour des événements et des fêtes, 41 au calendrier officiel dont 37 en présence. Giorgio Armani fêtera les quarante ans de sa ligne Emporio Armani avec son défilé homme et femme tandis que l'Armani/Silos accueillera The Way We Are, une exposition illustrant quatre décennies d’histoire de la marque.

Des formats annoncés "plus intimistes"

Sur les 65 défilés prévus jusqu'au 27 septembre, qui dévoileront la saison féminine printemps-été 2022, 43 sont physiques et 22 numériques. Les présentations sur rendez-vous aussi ne manquent pas à l'appel : 98 dont 77 physiques et 21 digitales.

Fendi, Prada, Versace, Dolce&Gabbana, Missoni, Ferragamo, Etro... Les grandes maisons ont pratiquement toutes opté pour le show avec public mais les jauges sont encore très réduites, parfois de moitié. A la fois pour des raisons sanitaires et le respect des règles de distanciation mais aussi parce que de nombreux journalistes et acheteurs venant des pays encore soumis à des restrictions de voyages ne seront pas présents.

Les budgets aussi ont été revus à la baisse pour des formats annoncés "plus intimistes", bref la débauche de moyens des années pré-Covid n'est pas encore à l'ordre du jour.

La semaine de la mode fait aussi le plein de nouveautés, avec le retour de Roberto Cavalli qui dévoilera la première collection de son nouveau directeur artistique, l'italien Fausto Puglisi. MM6 Maison Margiela défile pour la première fois, tout comme Luisa Spagnoli. Gucci, dont les défilés ne sont plus présentés durant la Fashion Week milanaise depuis 2020, dévoilera tout de même son nouveau projet intitulé The Vault.

Une rétrospective pour les 40 ans d'Emporio Armani

C'est aussi le retour des événements et des fêtes, 41 au calendrier officiel dont 37 en présence. Bien sûr, on est loin d'un vrai retour à la normale : les invités devront présenter un pass sanitaire pour accéder aux festivités (une première dose de vaccin d'au moins 15 jours ou un test négatif de moins de 48 heures) et le port du masque sera encore de rigueur dans les rangs des défilés.

Côté mondanité, Giorgio Armani fêtera les quarante ans de sa ligne Emporio Armani avec son défilé homme et femme printemps-été 2022, qui se tiendra à l’Armani/Teatro, marquant le retour de la marque auprès d’un public en live après plusieurs saisons de projets vidéo. 

Le même jour, Armani/Silos accueillera The Way We Are, l’exposition-manifesto qui illustre quatre décennies d’histoire de la marque présentées à travers des vêtements, des images et des vidéos résumant son esprit et sa philosophie, au Silos, son quartier général milanais.

Armani/Silos accueillera The Way We Are, l’exposition-manifesto qui illustre quatre décennies d’histoire de la marque présentées à travers des vêtements, des images et des vidéos résumant son esprit et sa philosophie, au Silos, son quartier général milanais. (Courtesy of Armani)

"C'est un moment de renaissance"

"La reprise des événements en présence, qui a déjà démarré mi-juin grâce à l'avancée de la campagne de vaccination, intervient dans un contexte de redémarrage économique et montre le courage des organisateurs, la ténacité des entreprises et le soutien de l'industrie italienne", a estimé Carlo Ferro, président de l'Agence italienne du commerce.

Les chiffres de la mode italienne (comprenant les secteurs du textile, de l'habillement, du cuir, des chaussures et de la maroquinerie) donnent des signes encourageants avec une croissance du chiffre d'affaires au premier trimestre 2021 de 24% par rapport à la même période en 2020. Cela reste malgré tout 15% en dessous des niveaux pré-Covid mais les acteurs du secteur notent une reprise des commandes en forte augmentation qui devrait permettre à la fin de l'année de n'être plus qu'à sept points en dessous de 2019. Coté exportations, la mode italienne confirme son attractivité avec des exportations sur les cinq premiers mois de l'année pour un montant de 18,2 milliards d'euros, en hausse globale de 27,6%, avec une progression de 34,3% vers les pays hors UE et un pic de +93,9% vers la Chine.

"C'est un moment de renaissance", a résumé le président de la Chambre nationale de la Mode italienne (CNMI) Carlo Capasa.

"À travers le programme complet d'initiatives que nous avons conçu en collaboration avec de nombreux partenaires et avec nos membres, la CNMI poursuit sa route visant à atteindre des objectifs ambitieux : contribuer à accélérer le changement durable dans le secteur de la mode, accélérer l'évolution multiculturelle de notre pays dans une perspective de diversité et d'inclusion, et promouvoir le talent des meilleurs designers émergents sur les scènes nationale et internationale", a-t-il expliqué.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fashion Week

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.