Festival de Cannes 2023 : "Jeunesse (le printemps)", le documentaire à double tranchant de Wang Bing sur les usines textile en Chine, en compétition

Grand documentariste chinois, Wang Bing signe un film fleuve sur les ouvriers des usines textile chinoises qui font trembler le secteur à l'international.
Article rédigé par Jacky Bornet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
"Jeunesse (Le printemps)" de Wang Bing (2023). (2023 HOUSE ON FIRE / GLADYS GLOVER / CS PRODUCTION)

Multi-récompensé en France pour ses documentaires, et lauréat du Léopard d'or au Festival de Locarno en 2017 pour Mr Fang sur la maladie d'Alzheimer, Wang Bing traite cette fois de la main d'œuvre chinoise à bon marché qui permet à l'Empire du Milieu de dominer le secteur de la confection dans le monde. Le réalisateur est pour la première fois en compétition à Cannes avec Jeunesse (le printemps) et était présent lors la projection de son film, ce qui augure de la satisfaction de Pékin à voir le film sur la Croisette. Mais il est peut-être moins favorable aux autorités si on le décrypte au second degré... 

Liesse générale

La ville de Zhili, à 150 km de Shanghai, est dédiée à la confection textile, et attire les jeunes de toutes les régions rurales pour y faire fortune. Jeunes femmes et hommes d’une vingtaine d’années partagent les ateliers et les dortoirs, ils mangent dans les coursives encombrées de détritus, et se défoulent dans des soirées festives. Tous partagent les mêmes rêves : se marier, avoir un enfant, devenir propriétaire ou créer leur propre atelier. Des amitiés et des amours se lient et se délient, sous la pression de la productivité et des tensions familiales.

Caméra portée et sans commentaire aucun, Wang Bing suit au plus près ouvrières et ouvriers rivés à leur machine. Ils travaillent souvent en binôme masculin-féminin, ce qui facilite les rencontres. En dépit des pressions et des petits salaires, une incroyable légèreté habite ces ateliers : musique, blagues, rires, chamailleries, drague ne cessent du matin au soir. Tout semble se passer pour le mieux dans le meilleur des mondes, puisque les cadences infernales et les salaires à minima n'empêchent pas de vivre heureux au service de la plus rentable des productivités. Mais dans sa démonstration, Wang Bing ne dénonce-t-il pas en abyme la manipulation gouvernementale chinoise de ses citoyens ?

A double tranchant

Il ne faudrait donc pas tomber dans le panneau de cette liesse apparente à l'écran. Si elle semble vraiment vécue par les protagonistes, elle n'en est que plus inquiétante sur le plan politique, où un système pernicieux parviendrait à imposer et à faire intérioriser un système économique et social - une idéologie - à la population. Les idéaux de ces ouvriers et ouvrières rejoignent ceux d'une frange des populations occidentales, comme celui de posséder le smartphone dernier cri, par exemple. Ou bien  recoupent-ils les paroles d'une chanson populaire : "Je t'aime, je veux t'épouser, avoir un enfant et une maison avec toi, ça serait la Lune pour nous deux". Des objectifs idéalisés qui justifieraient les efforts et sacrifices à réaliser pour les atteindre.

La démonstration du film n'en est pas moins dangereuse, puisqu'elle peut être prise au premier degré et servir un système bien ancré dans les mentalités chinoises. L'insistance sur les négociations salariales toujours possibles vante également l'ouverture d'esprit des patrons, mais celles-ci restent très paternalistes et à minima. L'épisode où une ouvrière est poussée par l'autorité et sa famille à ne pas avorter, montre de son côté l'intrusion du système dans la vie personnelle, même si sur les 3h30 du long métrage, le propos est un peu liminaire. De ce point de vue, la durée et la temporalité du film (tourné sur cinq années), entraînent une répétitivité certaine. Si elle va dans le sens de la dénonciation de l'aliénation à la tâche (comme dans Les Temps modernes de Chaplin de 1936), on peut trouver le temps long.  

"Jeunesse (Le printemps)" de Wang Bing (2023). (2023 HOUSE ON FIRE / GLADYS GLOVER / CS PRODUCTION)

La fiche

Genre : Documentaire
Réalisateur :  Wang Bing
Pays :  Chine
Durée : 3h32
Sortie : prochainement
Distributeur : Le Pacte

Synopsis : Zhili, à 150 km de Shanghai. Dans cette cité dédiée à la confection textile, les jeunes affluent de toutes les régions rurales traversées par le fleuve Yangtze. Ils ont 20 ans, partagent les dortoirs, mangent dans les coursives. Ils travaillent sans relâche pour pouvoir un jour élever un enfant, s’acheter une maison ou monter leur propre atelier. Entre eux, les amitiés et les liaisons amoureuses se nouent et se dénouent au gré des saisons, des faillites et des pressions familiales.

Découvrez nos grilles de mots fléchés exclusives sur le thème du Festival de Cannes

jouer maintenant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.