Réouverture des librairies : "Les gens reviennent parce qu’ils veulent des conseils"

A Montpellier, les lecteurs ont retrouvé, nombreux, le chemin des librairies. Un engouement qui rassure les professionnels, après un mois de fermeture suite au reconfinement.  

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les librairies indépendantes de Montpellier ont accueilli de nombreux clients.  (M.Flores / France Télévisions)

Ils ont pu enfin franchir la porte de leur librairie préférée. En ce premier samedi de réouverture, les clients de Nemo, à Montpellier, se sont précipités pour renouveler leur stock ou faire les premiers achats de Noël. Dans les rayons, les réactions sont unanimes. "Je commençais à être en manque" reconnait un client. Une jeune femme qui vient choisir un livre pour sa filleule se réjouit de l’acheter ici "plutôt que d’aller sur internet".

Des clients au rendez-vous 

En une matinée, cette librairie arts et jeunesse a accueilli une trentaine de clients. Des lecteurs heureux de retrouver un contact avec leur libraire. "Les gens reviennent parce qu’ils veulent des conseils. Ils nous connaissent. Ils savent qu’on peut leur consacrer du temps" se réjouit Geneviève Fransolet, gérante de la librairie.

La librairie coopérative La Cavale a, elle aussi, retrouvé sa clientèle avec plaisir. Même si, comme tout commerce, elle a dû s’adapter à un protocole sanitaire renforcé. Un client pour 8m2, au lieu de 4m2 avant le reconfinement. Un dispositif qui, samedi, s’est bien passé. En revanche, pour les fêtes de fin d’année, compter le nombre de personnes dans la boutique sera plus difficile. "L’inquiétude, c’est que pendant cette période le rythme est très intense. On n’a pas le temps de lever la tête, si ce n’est pour s’occuper du client à qui on parle", explique Julien Haution gérant de la librairie. Un affichage du nombre maximal de personnes dans la boutique devrait régler ce problème, si bien sûr la clientèle fait preuve de civisme.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.