La vente d'Editis par Vivendi se dessine avec Daniel Kretinsky comme acheteur principal

Le géant français des médias Vivendi a obtenu une promesse d'achat du milliardaire Daniel Kretinsky pour sa filiale Editis. Vincent Bolloré, actionnaire de contrôle de Vivendi espère s'emparer de son rival français Hachette.
Article rédigé par franceinfo Culture avec AFP
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le logo de l'éditeur français Editis en 2008 au siège du groupe à Paris appartenant aujourd'hui au groupe Vivendi. (OLIVIER LABAN-MATTEI / AFP)

Vicendi a enregistré au premier trimestre un chiffre d'affaires en hausse de 3,3%, soit 2,29 milliards d'euros, grâce à la performance des groupes Canal+ et Havas, a annoncé Vivendi lundi 24 avril. Vincent Bolloré, actionnaire de contrôle de Vivendi, s'était résolu en mars à céder 100% du groupe d'édition au milliardaire Daniel Kretinsky pour pouvoir s'emparer de son rival français Hachette, filiale de Lagardère, bien plus forte à l'international qu'Editis.

Vivendi a conclu dimanche une promesse d'achat avec le groupe de l'homme d'affaires tchèque, également propriétaire de plusieurs médias français et actionnaire de la Fnac, mais l'opération reste soumise à l'obtention d'autorisations réglementaires. La décision de Bruxelles concernant le rapprochement entre Vivendi et Lagardère est attendue d'ici au 14 juin.

Chiffre d'affaire en hausse pour Vivendi

Au premier trimestre, le chiffre d'affaires d'Editis, qui avait largement profité de l'élan pour la littérature au moment de la crise sanitaire, a reculé de 6,3%, à 150 millions d'euros, "en raison d'un programme de parutions moins soutenu", selon Vivendi.

Les autres activités sont toutes en progression sur la période, à commencer par Groupe Canal+ qui a généré 1,5 milliard d'euros de chiffre d'affaires (+2,2%), grâce à une hausse des abonnements en France et à l'international. Sa filiale de production StudioCanal voit ses recettes progresser de plus de 13%.

Le groupe de communication Havas a poursuivi son rebond post-crise sanitaire avec des recettes en hausse de 3,5%, à 611 millions d'euros. Enfin, le chiffre d'affaires de Gameloft, développeur de jeux vidéo, progresse de 14,8%, à 71 millions d'euros, porté par sa nouvelle stratégie vers les jeux PC et consoles, tandis que les ventes des magazines Prisma Media restent stables à 73 millions d'euros, selon le communiqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.