L'écrivain Serge Livrozet, anarchiste et militant anti-carcéral, est mort à 83 ans

Figure des milieux anarchistes, il fut l'un des meneurs des révoltes qui ébranlèrent les prisons françaises dans les années 70. Il s'est éteint chez lui dans la région niçoise, "des suites d'une longue maladie", ont annoncé mercredi ses proches à l'AFP.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'écrivain français Serge Livrozet le 13 novembre 1989, lors de sa comparution devant la cour d'assises de Paris pour contrefaçon de billets, une affaire dans laquelle il fut acquitté. (JEAN-LOUP GAUTREAU / AFP)

Il était une figure des milieux anarchistes et anti-carcéraux, du Comité d'action des prisonniers de Michel Foucault à Mai-68 et il avait participé aux débuts du quotidien Libération. Serge Livrozet est mort dans la région de Nice à 83 ans, ont annoncé mercredi ses proches à l'AFP. L'intellectuel s'est éteint "des suites d'une longue maladie", ont-ils précisé, rappelant qu'il fut "l'un des meneurs des révoltes qui secouèrent les prisons françaises dans les années 1970".

Plombier, perceur de coffres-forts, puis écrivain

Né le 21 octobre 1939 à Toulon, issu d'un milieu modeste, Serge Livrozet racontait avoir commencé à travailler comme plombier à 13 ans, avant de percer des coffres-forts : "Le seul moyen de sortir de ma condition sociale, c'était (de) prendre de l'argent là où je considérais qu'il y en avait trop", déclarait-il dans un documentaire qui lui a été consacré en 2017, La Mort se mérite de Nicolas Drolc.

Parmi ses combats, il a participé à Mai-1968 et cofondé avec le philosophe Michel Foucault le Comité d'action des prisonniers, militant pour l'abolition des prisons. Il a fait partie des tout premiers fondateurs du journal Libération, qu'il a quitté très rapidement. Serge Livrozet est l'auteur d'une quinzaine de romans et d'essais, dont De la prison à la révolte et Lettre d'amour à l'enfant que je n'aurai pas (réédité en 2022 par L'Esprit frappeur). Par ailleurs, il est apparu au cinéma chez Laurent Cantet (L'emploi du temps en 2001).

Emprisonné dans une affaire de faux-monnayage, puis acquitté

Dans les années 1980, Livrozet avait défrayé la chronique judiciaire, étant soupçonné d'avoir géré une imprimerie parisienne de faux billets, dans ce qui paraissait alors comme la plus grosse affaire de faux-monnayage de l'Histoire. Il avait été incarcéré préventivement dix mois dans cette affaire, le temps d'écrire L'empreinte, dénonçant l'acharnement à son encontre, et a finalement été acquitté.

"Chaque fois que je me suis trouvé confronté à un pouvoir quelconque, carcéral, judiciaire, économique, hospitalier ou encore religieux, je me suis retrouvé confronté à des gens qui voulaient s'emparer de mon esprit", confiait-il dans La Mort se mérite. "La société a besoin d'avoir la mainmise sur les cerveaux... Un type comme moi, je suis gênant parce que je ne rentre dans aucun moule prédéfini."

LA MORT SE MÉRITE from LES FILMS FURAX on Vimeo.

 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Livres

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.