"Ça a un côté gag, mais c'est un gag qui marche" : "La Bougie du sapeur", seul journal à ne sortir que le 29 février, publie son onzième numéro

Ce journal qui sort les années bissextiles, une fois tous les quatre ans, a tiré ce numéro daté du 29 février 2020 à 200 000 exemplaires.

\"La Bougie du Sapeur\", un périodique satyrique qui ne sort que le 29 février.
"La Bougie du Sapeur", un périodique satyrique qui ne sort que le 29 février. (CORENTIN DUBOIS / RADIO FRANCE)

"C'est quand même le seul média qui laisse poireauter quatre ans !" Pour la troisième fois, Patrice, ancien journaliste du Monde, voit l'un de ses articles publié dans La Bougie du sapeur, un journal un peu particulier qui est publié chaque année bissextile, le 29 février.

Né d'un canular en 1980, le Sapeur souffle cette année sa quarantième bougie. Ce sont initialement deux amis amateurs de vieux journaux qui lancent cette publication pour faire un canular. La première année, ils vendent 30 000 exemplaires. À l'heure de l'information instantanée, ce périodique a donc fait le choix de prendre l'actualité à contre-courant en revenant avec une plume satyrique sur l'actualité des quatre années écoulées. 

Sa ligne éditoriale : satyre et décalage

Patrice conserve toutes les éditions, et il est toujours fasciné en découvrant les nouveaux numéros : "Ça a un côté gag, mais c'est un gag qui marche, j'ai vu qu'il avait été tiré à 200 000 exemplaires, ce n'est pas rien !"

Une dizaine de bénévoles construisent ce journal. Parmi eux, Guillaume Covès, le seul collaborateur né un 29 février. Sa grand-mère lui envoyait les éditions lorsqu’il était enfant et pour la première fois il y a écrit un article : "J'ai fait l'interview de mon père qui fait un acte de contrition, qui s'excuse de m'avoir conçu neuf mois avant un 29 février." Et ce qu'il aime particulièrement dans La Bougie du sapeur c'est "son ton satyrique, décalé qui va un peu à l'encontre des idées reçues. Il y a tout, on parle d'écologie, de politique, de sport, il y a des fake-news, une formidable interview de Thierry Le Luron [mort en 1986]... Ça va un peu à l'encontre de l'air du temps, j'aime bien ça."

Un dossier de quatre pages sur l'écologie

Le journal fonctionne sans publicité, sans site internet et avec seulement une page Facebook. Mais cela ne l'empêche pas d'innover régulièrement. Jean d'Indy est le directeur de la publication : "C'est à la mode, on a fait une 'bougie verte' qui traite d'écologie sur quatre pages. On peut y trouver une recette de cuisine à base de produits naturels, un long article sur la pile électrique et Greta Thunberg."

Jean d\'Indy, le directeur de publication de la \"Bougie du Sapeur\".
Jean d'Indy, le directeur de publication de la "Bougie du Sapeur". (CORENTIN DUBOIS / RADIO FRANCE)

Vincent est un fidèle lecteur de La Bougie du sapeur. L'histoire d'amour avec le journal est née d'une manière bien simple : lui aussi est né un 29 février. Ce lecteur est venu rencontrer l'équipe du Sapeur : "Je vais avoir 24 ans... ou six ans !"

Je ne l'attends pas autant que mon anniversaire, mais je suis toujours content de le lire et ça fait plaisir. L'idée est vraiment folle ! Je l'ai découvert il y a douze ans et depuis je les garde précieusement dans un tiroir.. Je pense que je les montrerai à mes enfants !Vincent, né un 29 février

Vincent, fidèle lecteur de la \"Bougie du Sapeur\" est venu rencontrer l\'équipe du journal.
Vincent, fidèle lecteur de la "Bougie du Sapeur" est venu rencontrer l'équipe du journal. (CORENTIN DUBOIS / RADIO FRANCE)

Une partie des bénéfices est destinée à soutenir l’association À tire d'aile qui accompagne des personnes autistes. Il y a quatre ans, 10 000 euros ont ainsi pu être reversés.

Les journalistes de la "Bougie du Sapeur" au micro de Corentin Dubois
--'--
--'--