"Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent" : toutes les dimensions d'une déclinaison de la science-fiction

"Neuromancien", "Akira", "Blade Runner", "Matrix", "Black Mirror"... Le premier beau livre dédié à un sous-genre de la science-fiction apparu dans les années 1980, toujours en ligne.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Première de couverture de "Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent" de Stéphanie Chaptal, Jean Zeid et Sylvain Nawrocki. (Editions Ynnis)

Déclinaison de la science-fiction reconnue depuis le roman de William Gibson Neuromancien (1984, Editions Au Diable Vauvert), le cyberpunk a contaminé littérature, bande dessinée, cinéma, séries, musique, arts plastiques… Stéphanie Chaptal, Jean Zeid et Sylvain Nawrocki en retracent les origines, l’évolution et les perspectives dans Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent (Ynnis Editions), un ouvrage richement illustré et exhaustif, tant que faire se peut.

Robot blues

Comme la "Hard science" englobe une science-fiction consacrée à la technologie spatiale et robotique dans les années 1930-50 (Issac Asimov, Arthur C. Clark, Kim Stanley Robinson), le cyberpunk se consacre aux rapports qu’entretiennent les sociétés post-modernes avec l’informatique. Le cybermonde est son univers, où se dessinent des passerelles entre l’individu et la cybernétique, génératrice d’une dimension propre, plus ou moins virtuelle, avec toutes les interactions possibles et imaginables.

Double page consacrée au film "Blade Runner" (1982) de Rydley Scott dans "Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent" de Stéphanie Chaptal, Jean Zeid et Sylvain Nawrocki. (Editions Ynnis)

Genre paranoïaque par excellence, la science-fiction parle de futurs en extrapolant les réalités présentes, pour en tirer les sonnettes d’alarme. Dans sa foi scientifique, la "Hard science" relevait de l'utopie, mais après la Seconde Guerre mondiale (1984, d'Orwell, Le Meilleur des mondes d'Huxley), dystopie et uchronie sont devenues les chemins de traverse de la S-F. Pas étonnant qu’à partir de la démocratisation des ordinateurs domestiques dès les années 1970, la science-fiction se soit penchée dessus, pour en tirer les plus sombres déductions. Avec  Philip K. Dick (Blade Runner) comme précurseur, William Gibson (Neuromancien) comme pape, et Matrix (1999) des sœurs Wachowski comme manifeste filmique, le cyberpunk s’est durablement expatrié dans tous les domaines artistiques et culturels.

Le système binaire prend chair

"On vit en pleine science-fiction" est devenu un lieu commun, notamment depuis le coronavirus, la S-F étant foisonnante en scénarios de contagions apocalyptiques. Il en est de même avec l’informatique, internet, son cyberespace, ses clouds, ghosts et autres algorithmes, qui donnent matière à des dimensions virtuelles, donc à des interpénétrations avec le réel, sujet du cyberpunk. Des formules mathématiques binaires, composées de 0 et de 1, prennent chair. Jusqu’à gangréner l'humanité ? En face : des marginaux, des hackers, pirates de programmes, virus dans les virus d'une communication incontrôlée, se rebellent. D'où "punk" ("voyou", "pourri") accolé au préfixe "cyber" dans le néologisme "cyberpunk".

Lutte de pouvoir, perte de contrôle d’une invention prométhéenne, guerre contre les machines, mais aussi les clônes, réalités augmentées, drogues synthétiques, offrent matière à l'imagination depuis Frankenstein (1818) pour se retrouver dans Akira (manga et anime de 1982-90), Terminator (1984-2019), une foule de jeux vidéo (System Schock), la musique (Wendy Carlos, Kraftwerk). 

Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent explore toutes les digressions d’une pop culture exponentielle. L'ouvrage, conçu comme un guide, en analyse chacune de ses étapes et perspectives, ses auteurs, ses œuvres, nourri d’interviews et d’une iconographie autant exceptionnelle que spectaculaire. Un album prophétique.

Première de couverture de "Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent" de Stéphanie Chaptal, Jean Zeid et Sylvain Nawrocki  (Editions Ynnis)

"Cyberpunk - Histoire(s) d'un futur imminent"
Stéphanie Chaptal, Jean Zeid et Sylvain Nawrocki
Editions Ynnis
Broché, 208 pages richement illustrées – 24 x 27 cm
29,90 €

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.