Les intermittents quittent le théâtre de l'Odéon : "Ils ont compris que c'était contre-productif", réagit Jean-Michel Ribes

L'Odéon était occupé depuis le 4 mars par des professionnels du spectacle qui demandaient notamment une deuxième année blanche en raison de la crise du Covid-19.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une assemblée générale des intermittents du spectacle occupant le théâtre de l'Odéon, à Paris, le 25 mars 2021. (ALAIN JOCARD / AFP)

Après plus de deux mois d'occupation, les intermittents du spectacle ont quitté le théâtre de l'Odéon, dimanche 23 mai, pour s'installer au 104, autre lieu culturel parisien transformé en centre de vaccination. Ce mouvement - qui réclame une deuxième année blanche en raison de la crise du Covid-19 et le retrait de la réforme de l'assurance chômage - avait empêché, selon la direction de l'Odéon, la réouverture de ce théâtre au public comme prévue le 19 mai. "Je crois que les gens qui occupaient l'Odéon ont bien compris que l'arrêt des spectacles, si c'était de leur fait, serait contre-productif à leur cause", estime sur franceinfo Jean-Michel Ribes, propriétaire du théâtre du Rond-Point à Paris.

Ni gagnants, ni perdants

Pour Jean-Michel Ribes, le déblocage du théâtre parisien est "une bonne chose", mais dans ce conflit opposant le gouvernement aux intermittents du spectacle,"il n'y a pas de gagnants et de perdants". Les quatre mois de prolongation de l'année blanche du régime des intermittents "c'est toujours ça de gagné", juge le directeur du Rond-Point, même si les occupants réclamaient quatre fois plus.

L'homme de culture affirme qu'on "ne peut pas tout d'un coup réclamer un certain nombre de choses tout à fait légitimes en empêchant sa profession d'exister". Il affirme cependant comprendre la lutte de la CGT Spectacles : "Qu'on demande des aides pour des gens qui sont dans une grande précarité, je ne peux pas être contre".

D'après Jean-Michel Ribes, "il y a beaucoup, dans notre profession, de gens qui sont un peu à la dérive" notamment financièrement, "il faut trouver une solution pour les accompagner".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Culture

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.