Cet article date de plus de huit ans.

Les business des Intellos

Ce numéro se penche sur leurs revenus, le phénomène de starification ou la recherche de financements.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
  (©)

Que reste-t-il de nos amours européennes ? Une « vieille photo » ? Un « bonheur fané », comme le dit la chanson ? En ce début d’année 2016 et à une semaine d’une réunion du Conseil européen décisive pour l’avenir de l’Union, le pessimisme domine sur tous les fronts. Notre Vieux Continent doit faire face à la plus grave crise qu’il ait connue depuis qu’il s’est choisi un destin commun, il y a soixante ans. Et, pour la première fois, la désillusion semble frapper non seulement les opinions publiques, mais aussi les représentants de la classe politique des 28 Etats membres.

Difficile d’y croire encore, il est vrai, au moment où le modèle entier de la construction européenne paraît vaciller sur ses bases. Mal remise de la crise financière et de la crise de la dette, l’Europe a bien failli y laisser sa monnaie unique, à défaut de sa peau.

Ebranlée par la crise migratoire, elle a vu voler en éclats la libre circulation. Attaquée sur ses valeurs fondamentales de démocratie et de progrès, elle doit faire face à une redoutable dérive autoritaire de la part de pays qui l’ont rejointe très récemment comme la Hongrie ou la Pologne. Enfin, frappée au cœur par le terrorisme, elle se révèle hélas toujours incapable de faire taire les égoïsmes nationaux pour élever au rang de priorité numéro un la sécurité de ses citoyens.

Hier, la Grèce faillit être boutée hors de la zone euro. Demain, peut-être le Royaume- Uni choisira-t-il de faire sécession. Le spectre de la désintégration que les europhiles agitent chaque fois que l’heure devient grave n’est plus une figure de style mais une menace réelle et sérieuse inscrite dans le temps, tant on du mal à voir ce qui pourrait changer la donne. Où sont les idées neuves ? Où sont passées les voix fortes ? A l’exception d’une poignée d’irréductibles, même les esprits les plus convaincus semblent avoir jeté l’éponge.

 « L’Europe c’est fini, on a raté le coche », déclarait ainsi il y a deux mois un Michel Rocard sépulcral, lors d’un colloque organisé à Bruxelles par « l’Obs ». Même les gouvernements progressistes continuent de désigner l’Europe comme la responsable de tous leurs maux. On l’a encore constaté lundi dernier en voyant Manuel Valls se défausser sur la Commission pour répondre à la crise agricole.

Et, pourtant, il faut le répéter inlassablement, la solution passera bien par plus d’Europe, et non par moins d’Europe. Le refrain peut paraître éculé ou contre-intuitif, en particulier à la veille d’une campagne présidentielle propice à la démagogie et au populisme. Mais qu’on s’en réjouisse ou qu’on s’en désole, il faut avoir le courage de reconnaître que l’intégration de nos économies est un processus irréversible. Il va donc falloir batailler plus que jamais pour défendre nos valeurs démocratiques, faire avancer une nécessaire harmonisation des conditions de vie et de travail, définir une meilleure répartition de la charge et des rôles entre les différents pays membres, améliorer la transparence et le contrôle, renforcer enfin les processus de décision. Bref, faire un dernier pari, au sens pascalien du terme, sans savoir s’il débouchera sur un nouveau chemin, plutôt que d’opter pour une porte de sortie qui ne mènera qu’à l’impasse.

M. C.

  (©)
  (©)

Actuellement en Kiosque

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.