Le gouvernement veut prévenir la prolifération de messages haineux sur Twitter

Najat Vallaud-Belkacem a annoncé une concertation avec les associations et Twitter après plusieurs hashtags homophobes, racistes ou antisémites.

La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, le 11 décembre 2012.
La ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, le 11 décembre 2012. (EMMANUEL DUNAND / AFP)

Le gouvernement veut trouver une solution à la multiplication des hashtags haineux. Dans une tribune du Monde datée de samedi 29 décembre, la ministre des Droits des Femmes, Najat Vallaud-Belkacem, annonce qu'elle souhaite entamer le 7 janvier une concertation avec les associations et Twitter pour prévenir la prolifération des messages de haine sur le réseau social.

La porte-parole du gouvernement vise les séries de hashtags homophobes, racistes ou antisémites qui ont fleuri sur Twitter. Dans sa tribune intitulée "Twitter doit respecter les valeurs de la République", elle explique qu'elle "souhaite en particulier que l'entreprise Twitter puisse examiner les conditions de mise en place de dispositifs concourant à la lutte contre les infractions en matière de provocations ou d'injures...".

La liste des participants à cette concertation n'est pas encore arrêtée. "A l'heure où le gouvernement met en œuvre un programme d'actions contre les violences et les discriminations commises en raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre, j'ai souhaité, sans préjudice d'éventuelles actions judiciaires, en appeler au sens des responsabilités de l'entreprise Twitter inc., pour qu'elle contribue à prévenir et à éviter de tels débordements", ajoute la ministre dans sa tribune. Elle souligne que ces messages de haine "sont moralement condamnables et juridiquement illégaux en vertu de notre législation".