"High Score", la série documentaire Netflix qui vous fait passer niveau expert en jeux vidéo

Les six épisodes, disponibles sur Netflix depuis le 20 août, reviennent sur les moments marquants de l'histoire du jeu vidéo, des années 1970 jusqu'au milieu des années 1990.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Extrait de l'épisode 2 de la série documentaire "High Score", disponible sur Netflix. (NETFLIX)

Même si vous n'y connaissez rien en jeux vidéo, ne partez pas ! High Score, la nouvelle série documentaire produite par Netflix, propose de vous raconter leur histoire, de leurs débuts à la fin des années 1970 jusqu'au milieu des années 1990. C'est captivant, ludique, riche d'anecdotes, et vous auriez tort de ne pas vous sentir concerné. Car c'est avant tout l'histoire d'hommes et de femmes audacieux et passionnés qui nous est racontée en six volets.

Ça parle de quoi ?

Saviez-vous que la forme de Pac-Man faisait référence à une pizza à laquelle il manque une part ? Que le personnage de Kirby, la petite boule rose imaginée pour Nintendo, est un hommage à John Kirby, l'avocat qui a défendu la firme japonaise dans son procès contre Universal dans les années 1980 ? Ou encore que Night Trap, un jeu-film interactif ultra kitsch et dont peu de gens se souviennent, a failli mettre en péril toute l'industrie du jeu vidéo ? Ce sont quelques-unes des anecdotes que révèle High Score.

Le Japonais Toru Iwatani , créateur de "Pac-Man", dans le premier épisode de "High Score". (NETFLIX)

Conçu en six épisodes d'une quarantaine de minutes, High Score (sous-titré en français L'Age d'or du gaming) revient sur l'histoire de titres cultes, comme Street Fighter II ou Doom, sur l'offensive de Sega pour contrer Nintendo, ou sur la manière dont les RPG (Role Playing Games ou jeux vidéo de rôle) sont directement inspirés du jeu sur table Donjons & Dragons. Chaque épisode se consacre à un thème et donne la parole aux acteurs de l'époque, mêlant interviews, images d'archives et astucieuses mises en scène pixélisées. Le tout de façon chronologique.

Pourquoi ça vaut le coup d'œil

La grande réussite de cette série documentaire est de nous raconter l'histoire du jeu vidéo à travers celles et ceux qui l'ont faite. Les réalisateurs donnent aussi bien la parole à des personnalités mythiques de l'industrie, comme Nolan Bushnell ou Trip Hawkins, respectivement fondateurs d'Atari et d’Electronic Arts, qu'à des développeurs moins célèbres mais qui ont néanmoins une histoire singulière avec le sujet. C'est le cas par exemple d'Howard Scott Warshaw, qui raconte n'avoir eu que cinq semaines pour programmer le jeu E.T., sorti sur Atari 2600 en 1982. Sans surprise, le jeu, jugé trop simpliste, n'a jamais eu le succès escompté et reste aujourd'hui considéré comme l'un des pires titres de tous les temps.

Tom Kalinske, l'homme qui a imposé Sega face à Nintendo, explique sa stratégie dans l'épisode 4 de "High Score". (NETFLIX)

L'autre intérêt de la série High Score, c'est de donner la parole à des joueurs au parcours extraordinaire. Comme Rebecca Heineman, la première personne à avoir gagné une compétition de jeux vidéo aux Etats-Unis en remportant le championnat national de Space Invaders en 1980. Ou encore Jeff Hansen, qui, lorsqu'il avait 10 ans, fut encouragé par ses parents à passer tout son temps sur Tetris (jusqu'à huit heures par jour) dans l'objectif de devenir champion du monde de la discipline. Une anecdote que ne manqueront pas de relever les adolescents d'aujourd'hui, privés de Fortnite à la moindre incartade.

Portés par un montage rythmé et fluide, tous ces témoignages, riches d'expériences et d'anecdotes amusantes, font de High Score une série documentaire hautement bingeable. Et si la trame des épisodes peut se révéler répétitive, elle n'en est pas moins ultra efficace.

La séquence qu'on n'a pas vue venir

via GIPHY

"On a réfléchi aux types de jeux qui pourraient plaire aux femmes, raconte Toru Iwatani, le créateur de Pac-Man. On s'est dit que puisque manger n'implique pas de s'entre-tuer, la gent féminine apprécierait peut-être un jeu dans ce goût-là." C'est ainsi que, partant d'un constat aussi cliché, est né un jeu devenu culte, où une petite boule jaune pourvue d'une bouche mange des biscuits, pourchassée par des fantômes.

C'est pour vous si…

Nul besoin d'être féru de jeux vidéo pour apprécier cette remarquable série, puisque tous les termes techniques et propres à la discipline sont toujours parfaitement expliqués. Que vous soyez passionné de gaming ou largué par l'intérêt prononcé de vos enfants pour ce genre de loisirs, High Score se révèle instructif et divertissant. Espérons désormais que la série aura droit à une deuxième saison pour explorer l'après Doom, au début de années 1990, à peine évoqué en conclusion du dernier volet. 

via GIPHY

High Score : l'âge d'or du gaming, série documentaire en six épisodes de 40 minutes environ, à voir sur Netflix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.