"Quand tu seras grand" : Vincent Macaigne et Aïssa Maïga dans un Ehpad tragi-comique accueillant des enfants

Après l'inceste des "Chatouilles", Andréa Bescond et Eric Métayer se penchent sur une maison de retraite, vue par les yeux d'un aide-soignant et d'une animatrice d'école.
Article rédigé par Jacky Bornet
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min
Aïssa Maïga ,Christian Sinniger et Vincent Macaigne dans "Quand tu seras grand" d'Andréa Bescond et Eric Métayer (2023). (LES FILMS DU KIOSQUE - Renaud KONOPNICKI)

Auréolés de prix dont deux César avec Les Chatouilles, Andréa Bescond et Eric Métayer coréalisent leur deuxième film, Quand tu seras grand, véritable immersion dans un Ehpad. Obligé d’accueillir une classe d’enfants en panne de cantine, c’est une petite révolution qui agite l’établissement. A l’écran mercredi 26 avril, Vincent Macaigne et Aïsa Maïga confrontent pratique et théorie dans un film où les deux auteurs du scénario et du film retrouvent leur ton de légèreté pour parler d’un sujet grave.

Un œil observateur


Aide-soignant dans un Ehpad, Yannick (Vincent Macaigne) gère son rôle avec entrain et humour, entre manque de personnel et budget restreint. Jusqu’au jour où l’école voisine, privée provisoirement de cantine, demande à l’Ehpad de faire bénéficier les enfants de son réfectoire. Yannick voit d’un mauvais œil cette cohabitation et son point de vue s’affronte à celui d’Aude (Aïssa Maïga), l’animatrice de la classe. Les habitudes bien ancrées vont être bousculées pour tout le monde.

Les Ehpad ont fait l’objet de maints reportages-documentaires dans les JT et la presse. Andréa Bescond et Eric Métayer font le choix de ne jamais sortir de l’établissement. Avec dans une première partie une caméra observatrice des soins, des conseils administratifs, des réunions ou des pauses. Vincent Macaigne, très à l‘écran en ce moment et toujours constant, virevolte dans son petit monde malgré les contraintes. La dramaturgie prend le dessus avec l’arrivée des enfants, et la rencontre de deux personnalités opposées qui vont aller l’une vers l’autre.

Passes d’armes


Le Yannick enjoué et communicatif n’accepte pas cette intrusion, arguant qu’il y va de la tranquillité des résidents, du bousculement de leurs habitudes, du bruit et du surcroit de travail. Aude défend la présence d’une jeunesse bienfaitrice et régénératrice auprès des personnes âgées, une surprise de la vie, où elles renouent avec leurs sentiments de grands-parents. Vincent Macaigne et Aïsa Maïga, parfaitement à l’aise dans leurs rôles, jouent de leurs passes d’armes sous le regard du personnel et des résidents, parmi lesquels l’aide-soignant va se retrouver isolé.

Andréa Bescond et Éric Métayer réussissent avec conviction et réalisme à nous intégrer dans le quotidien d’une vie communautaire, où l’implication humaine est de tous les instants. L’intrigue, les dialogues et le jeu des acteurs convainquent jusqu’à un petit essoufflement, où le spectateur  semble avoir fait le tour des enjeux et qu’une relance n’aurait pas été de trop. Mais abordant un sujet sociétal et d’actualité, Quand tu seras grand trouve le ton et la matière pour une croisière en Ehpad des plus rafraîchissante.

L'affiche de "Quand tu seras grand" d' Andréa Bescond et Eric Métayer  (2023). (AD VITAM)

La fiche

Genre : Comédie dramatique
Réalisateur :  Andréa Bescond et Eric Métayer
Acteurs : Vincent Macaigne, Aïssa Maïga, Evelyne Istria, Christian Sinninger, Kristen Billon, Marie Gilain, Carole Franck, Eric Métayer
Pays :  France
Durée : 1h39
Sortie : 26 avril 2023
Distributeur : Ad Vitam

Synopsis : Yannick est aide-soignant dans une maison de retraite. Entre pression permanente et restrictions budgétaires, il fait face aux manques de moyens avec une bonne humeur contagieuse. Mais lorsqu’on lui impose de partager le réfectoire avec une classe d’enfants, la situation se complique. Leur arrivée ainsi que celle de son animatrice, Aude, va bousculer le quotidien de tous et surtout des résidents...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.