"Peter Von Kant" : François Ozon revisite le cinéma de Reiner Fassbinder dans un hommage personnel et créatif

Le réalisateur réécrit "Les Larmes amères de Petra Von Kant" de Rainer Werner Fassbinder en transposant son personnage féminin en homme.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Denis Ménochet, et Isabelle Adjani dans "Peter Von Kant" de François Ozon (2022).  (DIAPHANA DISTRIBUTION)

Admirateur du réalisateur allemand Rainer Werner Fassbinder, dont il a déjà adapté au cinéma la pièce Gouttes d’eau sur pierres brûlantes (2000), François Ozon revisite Les Larmes amères de Petra Von Kant (1972) dans Peter Von Kant qui sort mercredi 6 juillet. Son adaptation repose sur la transformation du personnage féminin et lesbien de Petra, en homme gay, Peter. Le film traite de l’homosexualité masculine, une transposition intéressante dont le sujet devient Fassbinder lui-même. 

Féminin, masculin

Réalisateur à succès, Peter Von Kant (Denis Ménochet) partage sa vie avec son assistant et serviteur Karl (Stefan Crepon) qu’il se plait à maltraiter. Par l’intermédiaire de la star Sidonie, actrice et chanteuse (Isabelle Adjani), il rencontre Amir (Khalil Ben Gharbia), d’origine modeste, dont il s’éprend éperdument. Il l’invite à habiter chez lui et va le lancer dans le cinéma.

La transposition de François Ozon d’un des films majeurs de Fassbinder adapté de sa pièce, repose sur la conviction du cinéaste français que son homologue allemand se confiait intimement dans le personnage féminin de Petra Von Kant. Homosexuel revendiqué, deux fois marié à des femmes, Fassbinder est ambigu. Ce que l’on retrouve dans le personnage de Peter Von Kant, ouvertement gay mais aussi fasciné par son actrice Sidonie, interprétée par une Isabelle Adjani resplendissante.

Dominant dominé

Entièrement tourné dans un appartement, Peter Von Kant évite le théâtre filmé, comme un Polanski, maître du huis-clos. L’espace n’est pas scénique, Ozon passe d’une pièce à l’autre, multiplie les angles et les mouvements discrets qui jouent du plan séquence, sans trop en faire. Denis Ménochet, plutôt cantonné dans des rôles virils, voire violent (Jusqu’à la garde), ou combatif et entreprenant (Grâce à Dieu), est dans Peter Von Kant pétri d’émotion, bouleversé, chancelant d’amour pour son jeune amant. Si les "larmes amères" du titre de Fassbinder ont disparu, Peter Von Kant pleure beaucoup chez Ozon.

L’auteur-réalisateur est toujours le conteur d’histoire que l’on connaît. Celle-ci passe par les personnages, donc les acteurs, pour lesquels le réalisateur a concocté un casting inattendu et choral. Histoire sentimentale, Peter Von Kant est aussi celle d’un homme qui, de dominant, sur son compagnon Karl, devient dominé par Amir, son amant. Une progression dramatique qui fait tout le sel d’un film subtil et touchant.

L'affiche de "Peter Von Kant" de François Ozon (2022).  (DIAPHANA DISTRIBUTION)

La fiche

Genre : Drame
Réalisateur : François Ozon
Acteurs : Denis Ménochet, Isabelle Adjani, Stefan Crepon, Hanna Schygulla, Aminthe Audiard

Pays : France
Durée : 1h25
Sortie : 6 juillet 2022
Distributeur : Diaphana

Synopsis : Peter Von Kant, célèbre réalisateur à succès, habite avec son assistant Karl, qu’il se plaît à maltraiter. Grâce à la grande actrice Sidonie, il rencontre et s’éprend d’Amir, un jeune homme d’origine modeste. Il lui propose de partager son appartement et de l’aider à se lancer dans le cinéma...

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.