"Maigret" : Gérard Depardieu et Patrice Leconte évoquent la fin d’un monde dans un film mélancolique

Au-delà de l’adaptation de "Maigret et la jeune morte" de Simenon, l'acteur et le cinéaste font le portrait d’un homme qui voit son monde sombrer.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Gérard Depardieu dans "Maigret" de Patrice Leconte (2022). (CAMERA ONE - WINDS - GAUMONT)

Après Harry Baur, Jean Gabin ou Charles Laughton, on n'est pas étonné de voir  Gérard Depardieu enfiler le pardessus de Maigret. Et Patrice Leconte, qui a déjà adapté Simenon dans le passé, est l'homme de la situation. Son Maigret, en salles mercredi 23 février, est à la hauteur de sa sensibilité, transmise par petites touches, une caméra dynamique et pleine d'humanité.

Introspectif

Enquêtant sur une jeune inconnue retrouvée morte, Maigret fait la rencontre d'une jeune fille fraîchement arrivée à Paris. Elle ressemble à la victime et arrondit ses fins de mois de façon peu recommandable. Elle lui remémore en même temps une autre disparition, plus proche, enterrée depuis longtemps.

La sensibilité classique de Patrice Leconte convient parfaitement à Simenon, comme il l’a montré dans Monsieur Hire. Le choix de Depardieu est une évidence, le comédien est de tous les plans et habite littéralement ce personnage taiseux et mélancolique. Leconte visualise les années 50 avec sobriété et ce qu’il faut d’ambiance. Son Maigret est sombre, introspectif : Leconte fait le portrait d’un homme plus qu’il ne suit l’enquête.

Masse fragile

Au cours de cette enquête, Maigret est fatigué, il ne mange plus, se traîne, suit "des enquêtes au blanc, ou au rouge", à la couleur de son vin du matin. Même la blanquette de veau de sa femme ne l’intéresse plus. L’ambiance grise du film est à l'unisson des états d'âme d'un Maigret en fin de course, rattrapé par le passé d’où surgit un fantôme.

Le cinéaste capte avec délicatesse cette sensibilité peu coutumière de l’inspecteur à la pipe, qu’il a d'ailleurs arrêté de fumer, signe des temps. Gérard Depardieu qui a la stature de cette masse fragile est pour la première fois dirigé par Patrice Leconte. On n'avait pas vu Maigret sur les écrans depuis 1963, Leconte lui redonne toute sa place. A ceux qui s'interrogent sur la nécessité de le ressusciter, la réponse est dans la rencontre magistrale de deux géants, Depardieu et Simenon.

L'affiche de "Maigret" de Patrice Leconte (2022). (CAMERA ONE - WINDS - GAUMONT)

La fiche

Genre : Policier
Réalisateur : Patrice Leconte
Durée : 1h28
Pays : France
Sortie : 23 février 2022
Distributeur : SND

Synopsis : Maigret enquête sur la mort d’une jeune fille. Rien ne permet de l’identifier, personne ne semble l’avoir connue, ni se souvenir d’elle. Il rencontre une délinquante, qui ressemble étrangement à la victime, et réveille en lui le souvenir d’une autre disparition, plus ancienne et plus intime…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.