"M" : documentaire choc sur la pédophilie dans le milieu juif ultra-orthodoxe

"Grâce à Dieu", de François Ozon, sur le scandale pédophile dans le diocèse de Lyon vient de sortir, ainsi que "Les Chatouilles", sur la même perversion dans un milieu familial. Dans les salles depuis le 20 mars, "M" enquête sur un sujet semblable, dans le quartier ultra-orthodoxe de Bnei Brak, ville de la banlieue de Tel-Aviv : un terrible témoignage, doublé d’une rédemption.

\"M\" de Yolande Zauberman
"M" de Yolande Zauberman (New Story)

Libérer la parole

Documentariste ("Paradise Now") autant que réalisatrice de fictions ("Moi Ivan, toi Abraham"), Yolande Zauberman a suivi pendant deux ans Menahem (M) dans sa ville natale de Bnei Brak, en Israël, à la recherche des prédateurs qui ont abusé de lui de 4 à 12 ans. Cette quête les a amenés à rencontrer nombre d’autres victimes, toutes de confession juive hassidique ultra-orthodoxe, comme la quasi-totalité des habitants de cette ville de la banlieue de la capitale d’Israël.
Yolande Zauberman a choisi de filmer son documentaire uniquement de nuit. Car la nuit ouvre à une vie autre, l’on y fait des rencontres spécifiques, et la parole s’y libère parfois plus que le jour. Déambulant en voiture de rue en rue, filmant des fêtes nocturnes rassemblant des membres de la communauté hassidique, Yolande Zauberman ne s’attendait pas à avoir une telle liberté de filmer dans ce milieu a priori très fermé. Comme dans cet étrange cimetière, lieu de rendez-vous, où elle recueille avec M la confession spontanée d’une victime qui devint elle-même prédatrice, une fois devenue adulte. La documentariste compile de la sorte nombre d’autres témoignages, tous semblables, comme si ces faits, réprimés par la loi comme partout dans le monde, étaient tacitement intégrés aux mœurs.

Cercle vicieux

Il ressort de cette parole presque dénuée de culpabilité l’impression d’une fatalité qui formerait un cercle vicieux. Le passage de victime à tortionnaire semble inéluctable. Mon bourreau n’a pas été inquiété par la loi, je peux donc le devenir moi-même, semblent-ils tous signifier. Le sujet reste tabou, mais est connu de tous.

Autre témoignage troublant dans le film, sur la sexualité mais en dehors de la pédophilie, celui de ce juif de 19 ans, marié dans deux jours, et qui ne conçoit pas d’homosexualité féminine, puisqu’"une femme n’a pas de sexe"…
\"M\" de Yolande Zauberman
"M" de Yolande Zauberman (New Story)
Hallucinant dans ces déclarations, filmées avec une liberté étonnante, "M" retrace surtout le cheminement de Menahem vers sa rédemption. Par son témoignage, la recherche de ses bourreaux et surtout celle de son père, qui l’a banni de la maison familiale quand il a appris que son fils avait été violé, M va se libérer du traumatisme et des fantômes qui le hantent. Dans ce voyage au bout de la nuit, il va trouver la lumière de sa libération, ne lâchant pratiquement jamais son large sourire, comme confiant de l’aboutissement inéluctable de sa quête. Troublant dans l’investigation d’un univers totalement déconnecté du monde contemporain, à travers le récit d’un homme, "M" est comme l’exploration d’une autre planète.
\"M\" : l\'affiche
"M" : l'affiche (New Story)

LA FICHE

Documentaire de Yolande Zauberman
Pays : France
Durée : 1h46
Distributeur : New Story
Sortie : 20 mars 2019
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Synopsis : "M" comme Menahem, enfant prodige à la voix d’or, abusé par des membres de sa communauté qui l’adulait. Quinze ans après il revient à la recherche des coupables, dans son quartier natal de Bnei Brak, capitale mondiale des Juifs ultra-orthodoxes. Mais c’est aussi le retour dans un monde qu’il a tant aimé, dans un chemin où la parole se libère… Une réconciliation.