"A nos enfants" : Maria de Medeiros explore les sentiments d'un couple lesbien face à la PMA

Sixième long métrage de l’actrice passée derrière la caméra, "A nos enfants" aborde un sujet sociétal, en mettant en équation raison et émotions.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Laura Castro et Marta Nobrega dans "A nos enfants" de Maria de Medeiros (2002). (EPICENTRE FILMS)

Maria de Medeiros avait créé la surprise en 1999 avec Capitaines d’Avril sur la Révolution des Œillets de 1974 au Portugal. Reconnue à l’international, la réalisatrice n’a pourtant pas vu tous ses films distribués en France. Elle revient sur nos écrans mercredi 23 février avec A nos enfants, sur la décision d’un couple lesbien de pratiquer une PMA (procréation médicalement assistée).

Intimité

A Rio de Janeiro, Tania et Vanessa s’aiment et ont tenté à plusieurs reprises une PMA, sans résultat. La mère de Tania, Vera, qui a combattu la dictature brésilienne, s’occupe d’orphelins séropositifs, et ne comprend pas leur acharnement à vouloir procréer, alors que tant d’enfants se retrouvent sans parents. Leurs échecs répétitifs poussent Tania et Vanessa à inverser leur rôle de mère porteuse, alors que leurs sentiments s’émoussent.

Le cœur de Maria de Medeiros balance entre le Portugal et le Brésil. Sa filmographie passe d’un pays à l’autre, tous deux imbriqués dans leur histoire et la langue. Situé sur les hauteurs de Rio, A nos enfants entre dans l’intimité d’un amour, d’un désir d’enfant et du délitement des sentiments, alors que pointe la réalisation d’un bonheur attendu de longue date.

Adapté d’une pièce

Ce paradoxe que vivent Tania et Vanessa a en toile de fond Vera, mère de Tania, vétéran de la lutte antifasciste du temps de la dictature militaire au Brésil (1964-85). Son message progressiste est comme le grain de sable qui va s’immiscer entre sa fille et sa compagne. Maria de Medeiros adapte la pièce de Laura Castro (qui interprète le rôle de Tania dans le film) dans laquelle elle jouait elle-même. Contrairement au film, la pièce était un dialogue entre la mère et sa fille. La réalisatrice elle multiplie les personnages et apporte une cinématographie à la pièce.

Toutefois, malgré ces efforts, A nos enfants reste assez statique, avec parfois une certaine répétition, sur les échecs de la PMA, les dialogues entre Tania et Vanessa ou les prises de position de Vera. Le film tourne un peu en rond, avec une évolution des personnages qui arrive sur le tard. Sensible cependant dans ses personnages, son texte et son interprétation, notamment de Marieta Severo (Vera), A nos enfants interpelle par son sujet peu abordé et d’actualité.

L'affiche d'"A nos enfants" de Maria de Medeiros (2022). (EPICENTRE FILMS)

La fiche

Genre : Drame
Réalisatrice : Maria de Medeiros
Durée : 1h47
Pays : Brésil
Sortie : 23 février 2022
Distributeur : Epicentre films

Synopsis : Vera, qui a combattu la dictature dans les années 70, s’occupe aujourd’hui à Rio d’un orphelinat pour enfants séropositifs. Sa fille, Tania, essaye depuis plusieurs mois, avec sa compagne, Vanessa, d’avoir un enfant par PMA. Entre elles deux, un fossé s’est creusé…

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sorties de films

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.