"Possessor" de Brandon Cronenberg remporte le grand prix du festival du film fantastique de Gérardmer

Le fils du légendaire réalisateur David Cronenberg, a remporté cette 28e édition qui s'est déroulée en ligne en raison de la pandémie de Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Andrea Riseborough dans "Possessor" de Brandon Cronenberg (DROITS RESERVES)

Possesor, de Brandon Cronenberg, fils du légendaire réalisateur David Cronenberg, a remporté dimanche 31 janvier le Grand prix du festival du film fantastique de Gérardmer organisé en ligne en raison du Covid-19.

Thriller horrifique de science-fiction

Ce long-métrage sur des assassins en col blanc qui prennent le contrôle du corps de leurs victimes avait marqué par son ultra-violence lors de sa présentation au festival américain de Sundance. Possessor a également été distingué par le prix de la meilleure musique attribué à Jim Williams.

Ce film d'horreur mâtiné de science-fiction et de thriller suit la tueuse à gages Tasya Vos (Andrea Riseborough) tandis qu'elle prend le contrôle de sa victime, jouée par Christopher Abbott. A l'aide d'un implant cérébral, la tueuse l'oblige, à son insu, à se lancer dans une série d'assassinats sanglants pour éliminer le PDG d'une firme aux méthodes dignes de Big Brother, joué par Sean Bean (Eddard tark dans Game of Thrones).

Les films français au palmarès

Le festival a également attribué deux prix du jury, à Sleep du réalisateur allemand Michael Venus et à Teddy, des Français Ludovic et Zoran Boukherma. Ce deuxième film des jumeaux Boukherma, cocktail envoûtant, entre film d'horreur, comédie et drame social, autour de la figure du loup-garou, a également reçu le prix du jury "jeunes".

"J'espère que vous aurez l'occasion de voir ces films en salle", a déclaré le président du jury Bertrand Bonello, qui a félicité le festival d'avoir maintenu cette édition malgré les circonstances. Le film La Nuée, de Just Philippot, a lui reçu le prix du public et le prix de la critique. Cette production française, avec ses plans dignes des Oiseaux d'Hitchcock, des sauterelles carnivores à la place des volatiles, et ses scènes apocalyptiques, joue avec les nerfs des spectateurs.

Premier rendez-vous de l'année en France pour les cinéphiles, ce Gérardmer en ligne via une plateforme ouverte au public entre mercredi et dimanche a proposé 30 films inédits, dont 12 en compétition officielle.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.