Mostra de Venise : tapis rouge pour "Dune" et son casting de stars en première mondiale

Après plusieurs reports, le film "Dune" de Denis Villeneuve est enfin dévoilé à la Mostra de Venise, ce vendredi 3 septembre 2021. Inspiré des romans de science-fiction de Frank Herbert, le long-métrage aux 165 millions de dollars de budget satisfera-t-il les amateurs du genre ? 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
"Dune" avec Timothée Chalamet (Warner Bros. France)

Hollywood s'enlisera-t-il dans les sables d'Arrakis ? La nouvelle version de Dune, film à gros budget signé Denis Villeneuve, fait l'évènement, ce vendredi 3 septembre, à la Mostra de Venise, avec un casting de haut vol, de Timothée Chalamet à Oscar Isaac, en passant par Rebecca Ferguson et Zendaya.

Le tapis rouge, quelque peu tristounet depuis le début de la pandémie, va enfin retrouver tout son éclat, avec ce défilé de stars qui devraient faire le déplacement sur le Lido pour la première mondiale.

Le film, repoussé à moult reprises en raison du Covid, est présenté hors compétition, et son réalisateur, le Canadien Denis Villeneuve, est attendu au tournant, bien au-delà de la lagune : Dune, série de romans de Frank Herbert, est un chef-d'oeuvre de la science-fiction (SF), dont aucune adaptation n'a jusqu'ici franchement convaincu.

Un coup de poker pour la Warner  

Villeneuve (Sicario, Premier Contact) a déjà prouvé sa capacité à s'attaquer aux mythes de la SF, avec Blade Runner 2049 (2017), suite du chef d'oeuvre de Ridley Scott. Pour son Dune, il a pu dépenser un budget de 165 millions de dollars.

Le film, 37 ans après l'échec commercial de celui de David Lynch, représente un enjeu de taille pour la Warner. Cette dernière rêve que Dune devienne une nouvelle saga qui fasse venir et revenir les foules en salles, comme a pu l'être Star Wars. Au-delà, c'est un test pour les studios, qui sortent essorés de la pandémie, couplée au triomphe du streaming et à l'essoufflement du modèle des super-héros.

Le film de Villeneuve, 53 ans, grand fan assumé de Frank Herbert, devrait reprendre fidèlement l'intrigue du livre, où tribus et potentats s'affrontent, des millénaires après notre ère, pour le contrôle de l'épice, un mélange qui prolonge la vie et offre des pouvoirs prophétiques.

Il se récolte sur une planète de sable brûlant, infestée de redoutables vers géants, baptisée Arrakis, ou Dune. Le film ne couvre que la première partie du premier roman, le réalisateur espérant pouvoir offrir des suites au public.

La crême d'Hollywood

Paul Atréides, jeune prince qui deviendra le prophète des Fremen, le peuple d'Arrakis, est incarné par Timothée Chalamet, Franco-américain de 25 ans devenu incontournable à Hollywood depuis sa révélation dans Call me by your name. Il reprend le flambeau porté par Kyle MacLachlan dans le Dune de David Lynch.

A ses côtés, Oscar Isaac joue son père, le duc Leto, et Rebecca Ferguson est Dame Jessica, sa mère. Le peuple des Fremen compte dans ses rangs l'Espagnol Javier Bardem et la révélation de la série Euphoria, Zendaya, une star aux 106 millions d'abonnés sur Instagram, susceptible de faire venir les plus jeunes générations en salle. La Britannique Charlotte Rampling joue elle le rôle d'une Révérende Mère.

La sortie du fil, prévue le 15 septembre en France, a déjà été précédée de quelques remous : Denis Villeneuve ne décolère pas contre la décision de la Warner : diffuser le film également en ligne dans certains pays. "Regarder 'Dune' à la télévision, c'est comme piloter un hors-bord dans votre baignoire. Pour moi, c'est ridicule", a-t-il encore fustigé peu avant l'ouverture de la Mostra dans la presse américaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.