Cet article date de plus de huit ans.

Huit objets du cinéma devenus bien réels

La moto flottante de "Star Wars", le vidéophone de "Metropolis", les baskets de Marty McFly… En 2012, la réalité a bel et bien dépassé la fiction.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le réalisateur Fritz Lang montrait un vidéophone dans "Metropolis", en 1927. (KOBAL / AFP)

CINEMA - Les baskets de Retour vers le futur, les lunettes à réalité augmentée, les scanners corporels de Total Recall… De nombreux objets du cinéma sont devenus bien réels. Petite liste non-exhaustive.

1La moto flottante de "Star Wars"

La société californienne Aerofex s'est lancée dans la conception d'aéroglisseurs montés sur rotors, un peu comme les appareils que l'on peut voir dans Le Retour du Jedi (vers 1'36) :

Et voici l'engin développé par les Américains :

2La réalité augmentée

Afficher un plan de quartier ou le trafic en temps réel de votre ligne de métro… en chaussant simplement des lunettes. Quand vos yeux rencontrent votre smartphone, ça donne les Google Glasses, qui devraient être disponibles pour le grand public dès 2014. Démonstration :

Le dispositif fait penser à Terminator, "Dragon Ball Z" ou encore Robocop (à 1'02) :

3Le vidéophone

Dans Metropolis (1927), le réalisateur allemand Fritz Lang imagine un appareil qui permet de joindre quelqu'un à distance en alliant son et image.

Depuis, la visiophonie s'est largement développée, d'abord sur les ordinateurs, les téléphones fixes puis sur les téléphones portables.

4Wall-E

Vous vous souvenez de l'attachant petit robot imaginé par le studio Pixar en 2008 ?

Quatre ans après, Mike Senna, un ingénieur américain, en a construit une fidèle réplique. Bluffant :

5Les chaussures de "Retour vers le futur"

Dans Retour vers le futur 2 (1989), Marty McFly, propulsé en 2015 par Doc, découvre des baskets Nike à laçage automatique.

En 2011, la marque a décidé de commercialiser une paire semblable. Bémol : elles ont le look, mais pas la technologie du film. Peu importe, les fans sont aux anges.

L'acteur Michael J. Fox, qui incarnait Marty, a même enregistré un message pour l'occasion. Normal : les fonds récoltés avec la vente (sur le site d'enchères eBay) des 1 500 paires de Nike Air 2015 sont allés à la fondation qui porte son nom et qui lutte contre la maladie de Parkinson.

6L'ordinateur à la "Minority Report"

En 2002, Tom Cruise utilisait dans le film de Steven Spielberg un ordinateur sans le toucher, simplement en agitant les mains :

Avec Kinect, le système de détection de mouvements de Microsoft, c'est aujourd'hui possible - en un peu moins spectaculaire, certes :

De son côté, le constructeur sud-coréen Samsung a dévoilé cette année une interface que l'on peut afficher sur une vitre. Ce qui rappelle forcément la machine de Minority Report, sauf que celle-ci est tactile :

7Le scanner corporel

En 1990, dans Total Recall, on voyait dans les aéroports des scanners géants, qui déshabillent les passagers jusqu'à l'os.

Désormais, ces systèmes (qui vous dénudent mais sans montrer vos clavicules) sont fonctionnels et présents dans de nombreux aéroports à travers le monde :

8La communication par hologrammes

Discuter en tête-à-tête avec quelqu'un qui se trouve à l'autre bout du monde mais qui semble là en chair et en os, c'est ce qu'a imaginé George Lucas dès 1977, dans la saga Star Wars. Grâce à des hologrammes de petite taille ou gigantesques, comme lorsque Dark Vador s'entretient avec l'Empereur :

CNN a depuis réalisé en plateau une interview avec un hologramme. C'était en 2008. Le site spécialisé Gizmodo (en anglais) expliquait le dispositif.

Et celui qu'on espère voir un jour…

… le skateboard volant de Retour vers le futur 2 (encore) :

En attendant que la technologie se perfectionne et nous permette de slalomer entre les voitures à quelques centimètres du sol, l'artiste français Nils Guadagnin a exposé en 2008 une réplique de cet "hoverboard". Il se maintient en lévitation grâce à des électroaimants. Ça fait rêver : 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.