Cet article date de plus d'un an.

En Suisse, le timide essor des studios de films d'animation depuis le succès de "Ma vie de courgette"

Depuis le succès de "Ma vie de courgette" en 2016, la petite industrie suisse du film d'animation continue à se développer. 

Article rédigé par Camille Belsoeur
France Télévisions - Rédaction Culture
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un dessinateur suisse en plein travail.  (FRANCEINFO)

C'est une petite industrie, qui pèse peu dans l'ombre du grand voisin français, mais qui grandit à son rythme. En Suisse, les studios de production de films d'animation connaissent un vrai essor depuis quelques années.

C'est le succès du long-métrage animé Ma vie de courgette en 2016 qui a impulsé une nouvelle dynamique selon Sylvain Vaucher, consultant courts-métrages chez Swiss Films. "Depuis six ans, on parle de l'animation suisse à un autre niveau. Ma vie de courgette a fait évoluer les mentalités à propos de ce qu'on peut faire en Suisse", explique t-il. 

Réalisé par Claude Barras, Ma vie de courgette avait eu l'honneur de figurer à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes et connu un beau succès dans les salles obscures. 

En Suisse, la fabrique artisanale et vivant du film d'animation
En Suisse, la fabrique artisanale et vivant du film d'animation En Suisse, la fabrique artisanale et vivant du film d'animation

Dans les studios suisses, d'autres pépites sont peut-être en maturation. Le réalisateur Marcel Barelli travaille sur un long-métrage autour de la figure de la première paléontologue britannique, Mary Hanning. Cette autodidacte avait commencé à récolter des fossiles pour les revendre aux amateurs, avant de devenir une figure majeure de la paléontologie des vertébrés. "Mon rêve c'est de pouvoir continuer à faire ce que je fais. Quand je dis à mon père que je gagne mon métier en dessinant des dinosaures, il me dit que c'était mon rêve quand j'avais trois ans" s'amuse Marcel Barelli. 

Moins dotés que la concurrence, les animateurs suisses font avec les moyens du bord. "L'animation suisse est très créative et elle est aussi très artisanale dans le bon sens du terme. Il y peu de studios, peu d'industrie, donc les gens ont pris l'habitude de faire leurs projets de manière moins riche que les autres", conclut Nicolas Barlet, producteur chez Nadasdy Film. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.