Festival de Cannes 2021 : les vingt-quatre films en compétition

Paul Verhoeven, Jacques Audiard, Nabil Ayouch, Wes Anderson, Catherine Orsini, François Ozon ou encore Sean Penn présenteront leur film dans l'espoir d'obtenir la Palme d'or. Découvrez la liste des vingt-quatre films en compétition.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Lumina Wang et Makita Samba dans "Les Olympiades" de Jacques Audiard, en compétition pour la Palme d'or.  (ALLOCINE / SHANNA BESSON)

Décrocher la Palme d'or, le graal pour les 24 films en compétition au 74e Festival de Cannes, dont le jury sera présidé par Spike Lee. Le festival débute mardi 6 juillet.

 "Annette" de Leos Carax (France)

Neuf ans après Holy Motors, Leos Carax revient avec un opéra-rock coécrit et mis en musique par le groupe américain Sparks. Une comédie musicale avec Adam Driver et Marion Cotillard en couple épanoui et glamour qui bascule après la naissance d'un étrange enfant.

"Benedetta" de Paul Verhoeven (Pays-Bas)

Homosexualité, érotisme, église et pouvoir : le nouveau film de l'auteur de Basic Instinct et Elle a tout pour secouer la Croisette, avec Virginie Efira dans un grand rôle de nonne lesbienne, habitée par le Christ et le désir charnel, dans un couvent italien du XVIIe siècle. Une histoire inspirée de faits réels.

"The French Dispatch" de Wes Anderson (États-Unis)

Le casting le plus impressionnant, avec Bill Murray, Tilda Swinton, Timothée Chalamet, Frances McDormand et d'autres stars... Le cinéaste à l'univers visuel léché met en scène un journaliste américain basé à Ennui-sur-Blasé, une ville fictive française à partir des années 1940.

"Tre Piani" de Nanni Moretti (Italie)

Vingt ans après sa Palme d'or pour La Chambre du fils, l'habitué de Cannes adapte un roman sur le destin de trois familles, habitant à trois étages d'un même immeuble de Rome.

 "A Feleségem Torténete" ("L'histoire de ma femme") d'Ildiko Enyedi (Hongrie)

Un homme fait le pari d'épouser la première femme qui passe la porte d'un bar.... Avec Louis Garrel et Léa Seydoux, présente dans quatre films en sélection cette année.

"Bergman Island" de Mia Hansen-Love (France)

Un film avec Tim Roth et Vicky Krieps, sur un couple de cinéastes qui part sur l'île de Faro, île fétiche du cinéaste suédois Ingmar Bergman, pour y écrire chacun le scénario de son prochain film.

"Drive my car" de Ryusuke Hamaguchi (Japon)

Le réalisateur de Senses et Asako I et II sur deux êtres en quête de rédemption, hantés par des secrets du passé.

"Ha'Berech" ("Le genou d'Ahed") de Nadav Lapid (Israël)

Ours d'Or 2019 pour Synonymes. La rencontre d'un cinéaste israélien avec une fonctionnaire du ministère de la Culture, dans un village reculé, et son combat pour la liberté dans son pays.

"Haut et fort" de Nabil Ayouch (Maroc)

Le réalisateur de Much Loved, sur la prostitution, plonge dans l'univers d'une jeunesse marocaine portée par le hip-hop. Tourné dans une banlieue déshéritée de Casablanca, où le réalisateur a fondé un centre culturel et recruté la plupart des acteurs.

"Hytti NRO 6" (Compartment NO.6) de Juho Kuosmanen (Finlande)

Récit de la rencontre entre deux inconnus, le temps d'un voyage en train entre Moscou et Mourmansk, au nord du cercle polaire.

"Julie (en 12 chapitres)" de Joachim Trier (Norvège)

Le réalisateur d'Oslo, 31 août promet un trio sentimental entre une trentenaire qui n'arrive pas à se fixer, un auteur à succès et un séduisant jeune homme.

"La Fracture" de Catherine Corsini (France)

 Un film, avec Valeria Bruni-Tedeschi et Marina Foïs, autour d'un couple bloqué dans un hôpital en pleine manifestation des "gilets jaunes", par une réalisatrice discrète mais engagée.

"Les Intranquilles" de Joachim Lafosse (Belgique)

Le cinéaste s'attaque au drame de la bipolarité, à travers le portrait d'une famille rongée par la maladie du père (Damien Bonnard) avec laquelle la mère (Leïla Bekhti) tente de composer, pour protéger leur jeune fils.

"Les Olympiades" de Jacques Audiard (France)

Le cinéaste français, Palme d'or à Cannes pour Dheepan (2015), va tenter un doublé avec ce film tourné dans des grands ensembles du XIIIe arrondissement de Paris. Avec Noémie Merlant, et Céline Sciamma à l'écriture du scénario

"Lingui" de Mahamat-Saleh Haroun (Tchad)

Un film qui aborde le tabou de l'avortement à travers le destin d'une adolescente enceinte à N'Djamena. Le réalisateur tchadien installé en France avait décroché le Prix du Jury à Cannes en 2010 pour Un homme qui crie.

"Memoria" d'Apichatpong Weerasethakul (Thaïlande)

 Après sa Palme d'or en 2010 pour Oncle Boonmee, ce cinéaste mystique et onirique tourne pour le première fois hors de Thaïlande, en Colombie, avec Jeanne Balibar et Tilda Swinton en botaniste prise d'hallucinations sonores.

"Nitram" de Justin Kurzel (Australie)

Après avoir tourné Macbeth et Assassin's Creed avec Michael Fassbender et Marion Cotillard, le cinéaste livre un plaidoyer pour le contrôle des armes, revenant sur une fusillade en Australie qui avait fait 35 morts en 1996.

"France" de Bruno Dumont (France)

Avec Léa Seydoux, Benjamin Biolay et Blanche Gardin. Le réalisateur nordiste continue d'adapter Charles Péguy et promet un triple portrait, d'une femme, de la France et du système médiatique à travers l'histoire d'une journaliste star de télévision.

"Petrov's Flu" de Kirill Serebrennikov (Russie)

Le cinéaste, critique du régime russe et interdit de sortie du territoire, livre une "déambulation alcoolisée" entre deux amis, à la lisière entre rêve et réalité...

 "Red Rocket" de Sean Baker (États-Unis)

Une ex-star du porno revient s'installer dans son Texas natal.

"Titane" de Julia Ducournau (France)

La réalisatrice de 37 ans, remarquée avec l'horrifique Grave (2016), revient avec une histoire d'enfant retrouvé et de meurtres en série, interprétée notamment par Vincent Lindon.

"Tout s'est bien passé" de François Ozon (France)

Le réalisateur prolifique et éclectique filme pour la première fois Sophie Marceau, confrontée à une demande de son père, André Dussollier, de l'aider à mettre fin à ses jours.

"Un héros" d'Asghar Farhadi (Iran)

Après Everybody Knows, tourné en Espagne avec Penelope Cruz et Javier Bardem, le cinéaste, Oscar du meilleur film étranger en 2017 pour Le Client, revient avec un thriller tourné en Iran.

"Flag Day" de Sean Penn (États-Unis)

Le retour du cinéaste américain après l'accueil glacial à Cannes, en 2016 de The Last Face. L'acteur star joue aux côtés de sa propre fille Dylan, sur le destin d'un braqueur et la relation père-fille.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Festival de Cannes 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.