Cet article date de plus de deux ans.

Jodie Foster et Tahar Rahim à l'affiche de "Désigné coupable" : lumière sur l'enfer de Guantánamo

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Cinéma : "Désigné coupable", critique de Guantánamo
Cinéma : "Désigné coupable", critique de Guantánamo Cinéma : "Désigné coupable", critique de Guantánamo (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - N. Hayter, G. Beaufils, P. Deschamps, S. Gorny, S. Perez, G. Mesinna, J.-M. Perroux
France Télévisions
France 3

Hors Festival de Cannes, l'une des sorties cinéma les plus attendues est celle du film "Désigné coupable", l'histoire vraie d'un homme suspecté de terrorisme et emprisonné pendant 14 ans à Guantánamo. C'est Tahar Rahim qui l'incarne aux côtés de Jodie Foster.

Ils étaient sur le tapis rouge de Cannes dès le premier soir. Jodie Foster pour se voir remettre une Palme d'honneur, et Tahar Rahim, parce qu'il est membre du jury. Ils sont tous les deux réunis dans une fiction, Désigné coupable, sortie en salles le 14 juillet, qui pourrait presque être un documentaire. Sur la côte sud-est de Cuba, réside Guantánamo, un camp d'internement américain coupé du monde. Après les attentats du 11 septembre, les prisonniers s'y sont multipliés. Parmi eux, un Mauritanien interpellé un peu par hasard.

Détenu durant 14 ans pour rien

Alors que le gouvernement américain veut le condamner à mort, une avocate décide de prendre à bras-le-corps le dossier du prisonnier. "Je ne savais absolument rien sur Guantánamo. Je savais que ça existait, comme tous les Américains ont m'avait dit qu'il y avait des méchants là-bas. Je ne posais pas de questions. Et puis, de lire ce scénario, de revenir en arrière sur les événements, sur l'histoire, c'est ça qui m'intéressait", explique Jodie Foster. Mais ce film est aussi une histoire vraie : celle de Mohamedou Ould Slahi, détenu durant 14 ans à Guantánamo, et arrêté parce que son cousin connaissait vaguement Ben Laden.

Découvrez nos grilles de mots fléchés exclusives sur le thème du Festival de Cannes

jouer maintenant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.