Cet article date de plus de dix ans.

Est-ce une bonne idée de faire financer son film par ses fans, comme Spike Lee ?

Le réalisateur américain sollicite les dons des internautes pour produire son prochain film. Mais le "crowdfunding" ne fonctionne pas à tous les coups.

Article rédigé par Camille Caldini
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Le réalisateur Spike Lee, à l'avant-première du film "Michael Jackson ONE", à Las Vegas (Etats-Unis), le 29 juin 2013. (DAVID BECKER / AP / SIPA)

Il en appelle à la générosité de ses fans. Le réalisateur Spike Lee s'est laissé tenter par le crowdfunding, ou financement participatif, qui consiste à demander aux internautes de contribuer financièrement à un projet, en échange de petites récompenses. Le réalisateur de Malcolm X, de La 25e heure ou d'Inside Man, s'est inscrit, dimanche 21 juillet, sur Kickstarter, site dédié à ce type de collecte de fonds, pour un film sur "l'addiction des humains au sang".

D'autres avant lui ont testé la formule, avec plus ou moins de succès. Est-ce judicieux d'y recourir ? Francetv info revient sur cinq projets de financement collaboratif plus ou moins réussis.

Oui, si votre projet est en béton armé

Comme Wish I Was Here, de Zach Braff. L'acteur-réalisateur demandait 2 millions de dollars (1,5 million d'euros) pour un long métrage, il en a obtenu 3 (2,3), sur le site de crowdfunding Kickstarter. Pour y arriver, Zach Braff n'a pas seulement profité de son immense capital sympathie, acquis avec la série Scrubs, puis avec son film Garden State (2005). Il a séduit les internautes avec une page de présentation aux petits oignons, et des récompenses multiples et alléchantes, allant jusqu'à offrir aux plus généreux donateurs de participer au tournage de Wish I Was Here, dont la sortie est prévue en septembre 2014.

Zach Braff s'est toutefois attiré les critiques d'une partie de la presse américaine, lorsqu'il a signé, pendant le festival de Cannes, un contrat avec une société de production, destiné à boucler son budget de près de 10 millions de dollars (7,6 millions d'euros), raconte Le Figaro. Certains y ont vu une forme de trahison de ses fans et ont réclamé leur remboursement. D'autres ont invoqué sa fortune, qui lui aurait permis de financer son film seul.

Non, si votre fortune personnelle est connue

Comme James Franco, pour Palo Alto Stories. Ce qui a valu quelques violentes critiques à Zach Braff a peut-être miné le projet de James Franco. L'acteur, qui a choisi la plateforme Indiegogo pour son propre projet, avait auparavant attaqué Zach Braff qui voulait, selon lui, "mettre l'argent des fans dans sa poche", rapporte The Wrap (en anglais). James Franco, lui, tente de récolter 500 000 dollars (380 000 euros) pour produire trois films, inspirés de ses livres, mais réalisés par des inconnus. Les bénéfices devraient être versés à des œuvres caritatives.

Mais la fortune de James Franco, estimée à plus de 20 millions de dollars (15 millions d'euros), semble poser problème. La production "ressemble plus à un caprice de star qu'à un projet prometteur", explique Le Figaro. "S'il a déjà investi beaucoup dans son projet, pourquoi ne pas être allé jusqu'au bout et avoir financé la totalité par lui-même ?", interroge le quotidien. Résultat, à quelques jours de la fin de son appel aux dons, il manque encore près de 250 000 dollars (190 000  euros) à James Franco.

Oui, si vous avez des fans très motivés

Comme Veronica Mars, le film. Au départ, il y a une série, Veronica Mars, déprogrammée au bout de trois saisons à cause de ses audiences décevantes, en 2007. Frustrés, les fans mettent la pression sur la Warner Bros Company, propriétaire de la franchise, pour ressusciter leur héroïne, raconte LeMonde.fr. La firme accepte de payer la distribution et la communication d'un film inspiré de la série, à condition que son créateur, Rob Thomas, prouve qu'il a suffisamment de fans intéressés.

Veronica Mars, le film est devenu ainsi le plus gros succès de Kickstarter. La somme à atteindre, fixée à 2 millions de dollars (1,5 million d'euros), a été dépassée en 24 heures. Plus de 90 000 fans se sont cotisés, pour donner plus de 5 millions de dollars (3,8 millions d'euros) à Rob Thomas. Le tournage vient de s'achever et une première bande-annonce a été présentée au ComicCon de San Diego (Californie), en juillet.

Oui, si votre casting est provoc' et votre budget modeste

Comme Paul Schrader, pour The Canyons. Au générique : l'écrivain Bret Easton Ellis, l'actrice connue pour ses déboires avec la police Lindsay Lohan, et l'acteur de films X James Deen. Toute la communication du film a été construite autour de ce trio sulfureux et d'un scénario résumé ainsi sur Kickstarter : "Cinq vingtenaires en quête de pouvoir, d'amour, de sexe et de succès à Hollywood, en 2012".

Le producteur du film a sollicité les internautes à hauteur de 100 000 dollars (76 000 euros), en a obtenu 150 000 (114 000 euros), pour un budget total estimé à 250 000 (190 000). Une somme dérisoire, comparée aux budgets des films indépendants américains, qui varient de 5 à 15 millions de dollars (de 3,8 à 11,4 millions d'euros). Pour tenir un tel budget, les acteurs et l'équipe du film ont accepté de travailler pour 100 dollars (76 euros) par jour, raconte Vice (en anglais).

Mouais, si vous êtes français

Michèle Laroque a réussi, avec Jeux dangereux. La comédienne s'est inscrite sur le site français Touscoprod pour récolter 400 000 euros pour ce film. Un premier financement sans risque, ni intérêts, destiné à attirer d'autres investisseurs pour un budget total de 4 millions d'euros. Si la somme a bien été atteinte, Michèle Laroque raconte au Figaro Magazine que la quête n'a pas été de tout repos. "Nous organisons des rencontres de presse dans les salles de cinéma, les gares ou encore les salons de coiffure, détaille l'actrice. Ce n'est pas dans la culture française que de s'impliquer de cette manière, alors qu'aux Etats-Unis, certains habitués ont déjà soutenu plus de 300 films."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.