Cet article date de plus de deux ans.

Culture : Laura Smet est à Angoulême pour présenter son premier court-métrage

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 5 min.
Culture : Laura Smet à Angoulême pour présenter son premier court-métrage
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Laura Smet était à Angoulême (Charente) au festival de Dominique Besnehard, pour présenter son premier court-métrage en tant que réalisatrice "Thomas", avec, à l'affiche, sa maman, Nathalie Baye.

Elle en avait envie depuis longtemps, alors il y a quelques mois, encouragée par ses proches, Laura Smet a décidé de sauter le pas, et de passer derrière la caméra avec un premier court-métrage. À Angoulême (Charente), où elle présente son court-métrage Thomas, l'actrice confie ressentir un mélange de grande excitation et de trac. "Et en même temps, j'essaye de le prendre comme un vrai plaisir et de savourer chaque instant parce que c'est quelque chose qui me touche profondément".

"Le visage de ma mère s'est mis sur le visage d'Anna"

Elle a offert à sa maman le rôle d'Anna, une femme seule qui n'a pas vu son fils depuis longtemps. Une histoire émouvante sur les relations familiales que nous ne vous dévoilerons pas. Au début, la jeune réalisatrice n'avait pas du tout pensé à Nathalie Baye pour le rôle : "J'ai commencé à écrire l'histoire, et petit à petit, le visage de ma mère s'est mis sur le visage d'Anna. Je lui ai vraiment dit : 'si ça ne te plait pas, dis-le moi, parce que je n’ai pas envie que tu le fasses pour me faire plaisir'. Elle m'a tout de suite dit 'mais moi je ne ferais jamais quelque chose pour ces raisons-là, ça ne te porterait pas chance, ça ne me porterait pas chance, et ça ne porterait pas chance au film". Lorsque Laura Smet lui a montré le film pour la première fois, elle confie avoir eu le trac : "On s'est tombé dans les bras, parce que quand elle s'est retournée, j'ai senti une émotion partagée. C'était un des plus beaux moments de ma vie".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cinéma

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.