Alain Delon honoré par le Festival de Cannes

Le Festival de Cannes a rendu hommage à Alain Delon dimanche 19 mai. Il a reçu des mains de sa fille une Palme d'or d'honneur pour ses 60 ans de carrière. À 83 ans, l'acteur reste populaire.

France 3

Depuis 60 ans, il est aimé, adulé même avec son regard bleu acier, son sourire ravageur et une carrière impeccable. Dimanche 19 mai, les fans d'Alain Delon ont guetté le comédien à Cannes (Alpes-Maritimes). Dans la soirée, il a reçu une Palme d'or d'honneur en marge de la compétition officielle du festival du film. Alain Delon a découvert la Croisette à la fin des années 1950. Le Guépard obtient la Palme d'or. S'ensuivront des allers-retours et parfois de longues années sans venir sur la Croisette. Mais pour les Cannois, Alain Delon fait partie du paysage. 

Un homme controversé

Accusé de misogynie voire d'homophobie, le comédien est une personnalité controversée, à tel point qu'une pétition s'est constituée pour que le festival renonce à lui remettre son prix. "Il faut savoir faire la différence entre l'homme et l'artiste", estime de son côté une jeune femme. La direction de l'événement a maintenu son souhait d'honorer ce soir Alain Delon, ses 60 ans de carrière et ses 90 films.

Le JT
Les autres sujets du JT
Alain Delon arrive à la cérémonie de remise de sa Palme d\'or d\'honneur, célébrant l\'ensemble de sa carrière. Plus tôt dans la semaine, une association a publié une pétition qui dénonce ce prix, reprochant à l\'acteur des propos \"homophobes, racistes et misogynes\". \"On m\'aime ou on ne m\'aime pas. Mais on ne peut pas contester ma carrière.\", a réagit Alain Delon dans les colonnes du Figaro. 
Alain Delon arrive à la cérémonie de remise de sa Palme d'or d'honneur, célébrant l'ensemble de sa carrière. Plus tôt dans la semaine, une association a publié une pétition qui dénonce ce prix, reprochant à l'acteur des propos "homophobes, racistes et misogynes". "On m'aime ou on ne m'aime pas. Mais on ne peut pas contester ma carrière.", a réagit Alain Delon dans les colonnes du Figaro.  (VALERY HACHE / AFP)