Festival d'Angoulême 2021 : anticipant des mois de pandémie, le grand rendez-vous de la BD se scinde en deux temps

Une partie du festival se tiendra aux dates habituelles (fin janvier), une autre vers le printemps-été. 

Un visiteur lit une BD lors du Festival de BD d\'Angoulême en 2019. 
Un visiteur lit une BD lors du Festival de BD d'Angoulême en 2019.  (YOHAN BONNET / AFP)

Le festival de BD d'Angoulême, qui en janvier dernier avait été épargné par la pandémie Covid à peine émergente, table sur une prolongation "probable" des contraintes sanitaires et décide de se scinder en "deux temps", avec une partie du festival aux dates habituelles (fin janvier), une autre vers le "printemps-été".

Le festival de bande dessinée qui existe depuis 47 ans, "a longtemps espéré que la Covid 19 verrait sa course stoppée. Force est de constater qu'il n'en est rien", écrit l'organisation dans un communiqué. "Il est en effet probable que les contraintes sanitaires en vigueur jusqu'au 31 octobre se prolongent plusieurs mois au-delà". "Dès lors, il est devenu impératif de prendre en compte cette réalité, de s'y adapter et d'anticiper sur l'avenir, finalement assez proche", car le festival est prévu du 28 au 31 janvier 2021.

"La culture résiste"

Un festival "classique" aurait fait "exploser les jauges", avec près de 5 500 participants, rien qu'en auteurs, éditeurs, professionnels, médias, sans compter le public (près de 200 000 visiteurs chaque année). L'organisation a donc opté pour un "dyptique", qui va incarner l'événement en deux temps complémentaires : un premier aux dates initialement prévues, du 28 au 31 janvier, un autre vraisemblablement vers juin, près des vacances d'été.

Dans un esprit de "la culture résiste", le festival a voulu "garder ouverte la fenêtre" annuelle de janvier sur le 9e art, avec une manifestation maintenue à Angoulême, des auteurs présents, des spectacles vivants, des réalisations "hors les murs", mais aussi un peu de public, tout en respectant les contingences sanitaires, a précisé le délégué général du festival Franck Bondoux.

Les prix maintenus

"Pour une fois, il y aura peut-être autant d'auteurs que de public au festival", relève Franck Bondoux, qui précise que la partie prix, récompenses, concours (scolaires, jeunes talents, etc), sera maintenue dans ce premier acte, car compatible avec les contraintes sanitaires.

Un deuxième temps, dont les contours restent à définir - et à adapter au contexte sanitaire d'alors - se voudra tourné "vers le public le plus large possible", autour des auteurs, éditeurs, professionnels et résolument ancré sur Angoulême. En misant sur un contexte sanitaire assoupli. Une annonce devrait intervenir avant fin octobre sur le détail de ce "dyptique", selon le délégué général, qui plutôt qu'un festival chamboulé ou scindé, évoque un "festival d'exception pour une période exceptionnelle".