Mort de Miss.Tic, figure du street art parisien, connue pour ses pochoirs poétiques

L'artiste était connue pour ses pochoirs, silhouettes de femmes accompagnées de textes poétiques et engagés. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'artiste de Street art Miss. Tic pose dans son atelier à Paris, le 31 janvier 2006 (BERTRAND GUAY / AFP)

Miss.Tic, figure parisienne du street art connue pour ses silhouettes de femmes brunes, sexy et poétiques graffées au pochoir sur les murs de la capitale notamment, est décédée dimanche de maladie à l'âge de 66 ans, a annoncé sa famille à l'AFP.

Née d'un père immigré tunisien et d'une mère normande, Radhia Novat, de son vrai nom, commence à imprimer son art en 1985 dans les rues de la Butte-Montmartre -- où elle a grandi --, du Marais, de Montorgueil et de la Butte-aux-Cailles, après un séjour aux États-Unis.

Autoportraits

"Je venais du théâtre de rue, j'aimais cette idée de l'art dans la rue", expliquait en 2011 à l'AFP cette plasticienne, au teint mat et à la belle chevelure noire, comme ses héroïnes.

"Je me suis dit : d'abord je vais écrire des poèmes. Puis : il faut des images avec les poèmes. J'ai commencé par des autoportraits, puis j'ai continué vers les autres femmes", ajoutait celle qui accompagnait ses pochoirs de légendes incisives comme "J'enfile l'art mur pour bombarder des mots coeurs".

Régulièrement exposée depuis 1986 en France comme à l'étranger, Miss. Tic, dont le pseudonyme vient du personnage Miss Tick, la sorcière de la "Bande à Picsou" créée par Carl Barks pour Disney, connaît de longues année de galère et d'ennuis avec la justice, le tag ou le pochoir étant considérés comme une détérioration de biens.

Elle est par exemple arrêtée en 1997 mais finit par attirer l'attention des grandes marques dans les années 2000, notamment dans le milieu de la mode (Kenzo, Louis Vuitton).

Affiche du film "La fille coupée en deux" (2007), de Claude Chabrol  (Miss.Tic)

En 2007, elle signe l'affiche du film La fille coupée en deux, de Claude Chabrol, tandis que La Poste produit des timbres inspirés de ses pochoirs en 2011.

Certaines de ses oeuvres ont été acquises par le Victoria and Albert Museum, à Londres, et le Fonds d'art contemporain de la Ville de Paris, rappelle son site internet.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Street Art

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.